Opérateur technique de la CENI : un choix qui divise


Opérateur logiciel, opérateur technique, etc. malgré ce jeu de termes, la CENI peine à convaincre l’opposition : l’UFDG et l’UFR pour l’essentiel. Du côté du RPG, on est prêt à accompagner Salifou Kébé et son équipe, malgré un choix qui divise, celui dont l’opérateur technique a été tiré du lot des soumissionnaires.

« La Céni a fait revirement à 190 degré car vous savez que ce n’est pas la première fois que l’on désapprouve  une décision prise par la CENI. Il vous souviendra que quand nous sommes rentrés de Kindia quand la Céni s’est lancée dans une procédure de recruter un opérateur qu’ils appellent aujourd’hui l’opérateur logiciel, nous avions tenu une conférence de presse à l’époque pour seulement dénoncer l’opacité qui entourait cette opération mais également la violation du code du marché public », assène l’UFDG. Avec un jeu de termes – opérateur logiciel et opérateur international – la CENI tente la parade. Elle est soutenue en cela par le parti au pouvoir : « Nous n’avons pas d’opinion à donner ni pour, ni contre à la position de la Céni. C’est la seule institution qui est habilitée à organiser des élections en Guinée », peste Damaro Camara. On est donc loin de connaître l’épilogue. La crise risque de perdurer entre CENI supportée par la mouvance et les opposants.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.