Routes nationales : et si Alpha Condé prenait la voiture pour mieux jauger l’état de dégradation poussée?


Les routes de la capitale Conakry ainsi que celles de l’intérieur du pays, dites inter préfectorales sont hors d’usage. Pour l’essentiel de ces axes, l’état de dégradation poussée en dit long sur la mauvaise politique que le gouvernement accorde. Aucune route n’échappe aux nids de poule, aux trous d’éléphants, aux ponts et autres ouvrages de franchissement surannés. 

L’axe le plus palpable reste celui de Coyah-Kindia, moins de 100 Km, il faudra aux usagers, selon leurs compétences à supporter le calvaire, plus de 4 heures de temps pour avaler ce tronçon. C’est le même spectacle au niveau de la capitale, notamment sur l’Axe le Prince. Au regard du chaos inexorable, Fodé Oussou Fofana fait un appel : «J’invite le Président Alpha Condé à laisser son hélicoptère pour passer par la route afin qu’il se rende compte de son bilan. C’est une situation pitoyable. »

Pourtant, Naité avait souligné, au cours d’une conférence de presse que dans l’urgence, le gouvernement a mis l’accent sur les grands travaux de réhabilitation et de reconstruction du réseau. « Nous avons réhabilité et/ou reconstruit (ou les travaux sont encore en cours ou vont démarrer pour certains), plus de 2 000 km de routes nationales. De plus, plus de 1 100 km de routes préfectorales ont été entretenues et ou réhabilitées (…), de nombreux axes sur les routes nationales sont construites : routes nationales bitumées construites/reconstruites: 1136,67 Km, voiries urbaines bitumées construites: 540,45Km, routes préfectorales et communautaires :4066,11 Km, routes réhabilitées 2366,18 km, ponts sur les Routes PC : 2690,3 ml, ouvrages de franchissement : 3215ml, Dalots : 158 unités, bacs et ponts secours : 23 et 5 unités.

Dans les faits, la qualité des travaux parle d’elle-même : décousue et chaotique. De bout en bout.

Jeanne FOFANA, www.kababachir.com


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.