24 h de silence radio pour protester contre la menace de la liberté de presse

Même si les avis restent partagés sur le sujet, les radios privées ont tenu leur promesse. Après la synergie, les radios privées ont suspendu leurs programmes du mardi 28novembre à 12 h jusqu’à mercredi 29 novembre 12 heures, suite à l’appel URTELGUI.

Une décision qui vise à protester contre la fermeture des certaines radios privées et les violences perpétrées contres les journalistes.

Interrogé sur la menace qui pèse sur les médias privés en Guinée, Ousmane Gaoual Diallo, estime  de son côté, que la solution ne pas de se taire. Pour le bouillant député, la presse doit relever le défi :

« Nous les encourageons et nous sommes avec eux. La presse doit continuer ce combat, non pas par le silence parce que se taire, c’est laisser exactement se faire ce que le pouvoir veut. Le pouvoir ne veut pas qu’on parle. Alors parlons, ne nous taisons pas. Les grèves par le silence aujourd’hui ne sont pas une bonne chose parce que le pouvoir n’entend que le rapport de force. Relevons le défi de rapport de force, le peuple est avec nous », rappelle-t-il au micro de mediaguinee.com.

De son côté, Boubacar Yacine Diallo, ancien ministre de la Communication et Fondateur du radio privée de la place, estime pour sa part que la fermeture de Gangan TV  et la radio BTA FM est mesure vise à faire taire les professionnels de la communication.

Il dénonce par ailleurs, les multiples atteintes à la liberté de la presse en Guinée.

Mariam Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.