3ème mandat : Scènes inédites au cours du lancement du mouvement ‘’Amoulanfé’’.


Alors que la résistance s’organise contre un 3ème mandat pour Alpha Condé, les autorités guinéennes veulent désormais  mater à toute initiative contre un projet de reforme constitutionnelle.

Dimanche, des acteurs de la Société civile réunis au siège la maison des associations et ONG de Guinée, à Matoto, pour le lancement du mouvement 3ème mandat ‘’Amoulanfé’’ , ont été dispersés à coup du gaz lacrymogène.

Alors qu’ils étaient réunis à l’intérieur d’une cour pour lancer leur mouvement, des agents des forces de l’ordre ont fait éruption  pour leur disperser et procéder à des interpellations.  

« On a échappé à un carnage ou massacre parce qu’on était dans une cour fermée…  Nous avons été surpris de la présence des trois pick-up des policiers, qui sont venus faire irruption et qui ont lancé de gaz lacrymogène. Il y a des arrestations et des blessés. », », explique le Président de cette plateforme de la Société civile qui annonce une plainte .

« Toute à l’heure, nous avons une réunion, nous allons mettre notre avocat sur le coup », prévient Lansana Diawara, qui regrette de constater qu’un Président qui voulait être un ‘’Mandéla’’ est en train de devenir un ‘’Bokassa’’.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.