GREVE GENERALE : Le marché parallèle en profite

A coup sûr, la grève syndicale en cours fait du mal à l’ensemble de la Guinée. Les conséquences sur le bas-peuple que le mouvement syndical redoute que les travailleurs, éreintés par une crise économique sans précédent, ne puissent pas supporter la durée nécessaire pour faire plier les autorités. Cependant, le malheur des uns faisant le bonheur des autres, il y en a qui en profite copieusement. Il s’agit essentiellement de ceux qui évoluent dans le marché parallèle du carburant et qui justement font dans une folle spéculation.
C’est notamment de Labé et de Boké que nous arrivent les nouvelles les plus folles. En effet, dans les deux villes, le litre du carburant, normalement vendu à 8.000, se négocierait jusqu’à 20.000 GNG, soit une augmentation de 150 %. A la base de cette situation qui n’est pas non plus sans répercussion sur les autres aspects de la socioéconomique, une rupture réelle ou virtuelle du carburant dans les stations.
D’une part, en raison des troubles et des menaces consécutives sur les transports d’hydrocarbures, les stations de l’intérieur du pays sont difficilement ravitaillées. Ce qui peut logiquement entrainer une rupture effective. Mais de l’autre, il semble qu’il y en a qui mettent l’occasion à profit pour non seulement faire davantage du mal au pouvoir, mais aussi pour se faire des profits conséquents. Cette seconde catégorie créerait ex nihilo les ruptures, avec pour conséquence, le déséquilibre de l’offre et de la demande. Il en résulte bien entendu que les prix grimpent. Naturellement, les complaintes sociales aussi.
Anna Diakité, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.