Kankan : Pourquoi la date du 8 mars est- elle passée inaperçue pour les femmes ?

Deux jours après la célébration de la journée internationale de la femme à travers le monde, le constat révèle que, la couche féminine à Kankan, est restée à la marge de l’évènement.

Ce matin, certaines d’entre elles, rencontrées au sein du marché situé en plein centre du quartier Sogbè, nous raconte les raisons de leurs abstentions.

Pour la plupart, elles sont toutes vendeuses de denrées alimentaires au sein de ce marché.

Selon les informations de Mariam Komara, représentante des femmes dudit marché, la fête du mars est passée inaperçue dans ce marché.  Elle s’explique par la suite en ces termes :

« Le 8 mars est une date mémorable pour le monde entier, mais hélas, nous les femmes du marché Sogbè, nous n’avions pas pu commémorer cette date comme il se devait. Pour ma part, je dirai que c’est à cause des nombreux soucis auxquelles sont confrontées ces femmes. Ce qui fait qu’elles n’ont plus vraiment la tête à une quelconque célébration ».

 Un peu plus en profondeur de ce marché, se trouve l’étalage de Saran Koulibaly, vendeuse de poissons, avec toute sa détermination nous dira ceci « On vient passer toute la journée entrain de vendre toute sorte de choses, mais on ne gagne pas grand-chose comme bénéfice. Ma famille toute entière vit de mes petites économies. Mon mari ne travaille plus, on a des enfants à l’université au collège et au primaire. Comment subvenir à toutes ses charges ? Ma vie se résume à cela donc pas question de perdre mon temps à célébrer ma souffrance ».

Encore plus déterminée pour  sa cause, elle nous dira que cette date du 08 Mars s’est déroulée pour elle comme les autres jours.

En fin de compte, il faut le dire, à l’instar du marché Sogbè, la journée du 8 Mars 2016 n’aura suscité aucun intérêt majeur du côté des populations de Kankan.

CHEICK SEKOU BERTHE, correspondant www.kababachir.com à Kankan

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.