PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE : Koutoubou Sanoh et Bantama Sow reviennent par la fenêtre

Avec le président Alpha Condé, le changement a des allures de trompe-l’œil et s’apparente à un mirage jamais accessible. L’homme est ainsi fait et il ne peut s’en défaire. Cela s’est ressenti à la faveur de la dernière composition de l’équipe gouvernementale où beaucoup de ceux que l’on présentait comme des nouveaux étaient en fait tirés de la pléthorique équipe de conseillers dont le président de la République s’entoure depuis son arrivée au pouvoir. Mais cela se remarque aussi par le fait que ceux qui sont limogés prennent le chemin inverse. Comme avec les vases communicants, personne ne sort, personne n’entre.
C’est ainsi qu’en vertu d’un des nombreux décrets qu’il a fait publier hier via les médias d’Etat, il ramène Moustapha Koutoubou Sanoh et Sanoussy Bantama Sow. Le premier, cumulant déjà 7 ans de service à différents postes ministériels (Affaires religieuses et coopération internationale) se voit désormais bombardé ministre conseiller à la présidence de la République, en charge de la diplomatie. Déjà, quand il était à la coopération, la presse s’était fait l’écho de nombreuses frictions entre lui et François Louncény Fall. Désormais qu’il est l’éminence grise du chef de l’Etat en matière de diplomatie, on imagine que Makalé Camara ne fera que de la figuration.
Quant au second, on imagine son arrivée dans la cour présidentielle est une sorte de récompense pour l’effort de sapeur-pompier dont il fait montre dans la crise qui mine le RPG-arc-en-ciel. Il est en effet l’un des rares de ceux qui ont été limogés qui se soient retournés au chaudron du parti au pouvoir, à Gbessia pour faire face aux hargneux frondeurs. Or, lui, semaine après semaine, il s’y est rendu et entretenu un semblant de flamme, en alternant sensibilisation des militants découragés et déçus et attaques contre les adversaires au régime. Le président de la République, comprenant le sacrifice, lui rend la monnaie. Une manière subtile à l’inviter à poursuivre sur cette lancé.  
Anna Diakité, www.kababachir.com
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.