Accord politique : ’’L’opposition a signé son échec’’, estime Sila Bah du PGPR

L’accord politique ne fait pas l’unanimité au sein des partis politiques de l’opposition guinéenne. Le président du parti PGRP se dit déçu de cette classe politique après la signature de l’accord politique jeudi à Conakry, entre les acteurs politiques de la mouvance et de l’opposition.

Pour Alpha Ibrahima Sila Bah, les signataires de cet accord devraient tout d’abord rendre compte à leurs pairs. Selon ce leader politique, l’opposition vient de signer son échec.

 « La position des Conseillers communaux ne signifient absolument rien ! Cela n’affecte à peine 30 pour cent. Ce qui veut dire que la majorité de ceux qui président aux élections, appartient à la mouvance présidentielle. En ce qui concerne la CENI, cette CENI là ne peut pas être recomposée correctement dans l’espace de temps  qui nous ai donné pour aller aux élections présidentielles. L’assistance technique qu’ils proposent n’aura aucun impact et ne fera aucun travail qui puisse être contrôlé sérieusement pour qu’on s’assure que  réellement cette CENI là est en train de travailler de manière indépendante.  Le fichier électoral, je ne vois pas dans le reste du temps qui nous ai imparti avant les élections, comment ce fichier là peur être apuré, donc je ne suis pas d’accord  sur la forme, je ne suis pas d’accord sur le fonds », a réagit l’opposant.

L’opposition guinéenne devrait se remettre en cause par rapport à la crise politique depuis 2010, rappelle le président du PGPR.  « Pourquoi nous avons lutté ? » s’interroge Sila Bah.

« Avec toutes les pertes que le pays a subi pendant ces 4 ans, pour aboutir à quoi, pour aboutir à la reconduction d’Alpha Condé à la présidence de la République. Ce qui veut dire que nous sommes dans un éternel recommencement. » Regrette le président du PGPR.

Le désespoir gagne le cœur d’Alpha Ibrahima Sila Bah, il ne sait plus à quel sein se vouer: « Nous sommes engagés en tant que politiciens de mettre ce pays, un pays qui se développe harmonieusement, c’est le sens de mon combat, c’est ce sens là que je vais poursuivre et je crois que avec une autre classe politique. Déjà, je désespérais de cette classe politique, mais encore là,  mon désespoir ne fait que s’accroitre par rapport à ce que j’ai vu. », a –t-il laissé entendre.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.