Affaire 28 septembre : vers un procès de 8 mois ?

L’Etat a-t-il les moyens pour mener à bien le procès de présumés coupables de massacres et de viols au stade du 28 septembre ? Cette question lancinante vient de trouver sa réponse, à travers le Garde des Sceaux.

 

Me Cheick Sakho déclare dans une interview accordée à la presse locale qu’il a mené des démarches jusqu’à New-York « pour chercher des financements pour ce jugement, j’ai obtenu (….). Je n’ai pas eu que des promesses mais j’ai obtenu des engagements fermes de la part de l’ONU et du département d’Etat des Etats–Unis) qui vont se matérialiser dès janvier. Cela nous permettra d’organiser ce procès qui va durer à minima six à huit mois. » Les préparatifs vont donc bon train. S’agissant des sites du procès, c’est à Conakry ou l’intérieur du pays. Ce qui est évident, « On ne peut pas le faire à la Cour d’appel parce qu’on va porter ombrage à la justice classique. C’est pour vous dire donc que ce n’est pas une petite affaire. »

 

Récemment, l’INDH est sorti pour traduire ses inquiétudes. Des inquiétudes prises en compte par le gouvernement d’autant plus que, l’affaire du 28 septembre demande plus de travail et de temps. Seule évidence insiste Me Sakho, la justice guinéenne fera son travail. Et voici le plan de travail : Après l’instruction, au plus tard fin décembre début janvier, on va commencer la préparation du procès et je l’ai annoncé ce sera en 2017.

L’espoir est donc permis !

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.