Affaire 3ème mandat : Alpha Condé va –t-il s’inspirer de Mohamed Ould Abdel Aziz ?

La question de reforme Constitutionnelle pour délimiter le mandat présidentiel suscite de débat en Afrique. Alors que le Président ivoirien Alassane Ouatara, le nigérien Mamadou Issoufou et le Mauritanien  Mohamed Ould Abdel Aziz, ont déjà tranché, le Président guinéen Alpha Condé, quant à lui, entretient le flou sur ses intentions.

 Toutes les fois qu’on lui pose une question sur le sujet, Alpha Condé se fâche et répond : « la décision de la population guinéenne, pas la mienne ».

En plus, le Chef de l’Etat guinéen soutient que « Les présidents africains ne devraient pas avoir de limites de mandats, car elles les empêchent de réaliser des projets ambitieux à long terme ».

Mais ce n’est pas tout ! Ses proches qui évoquent souvent l’idée d’une éventuelle modification de la Constitution, reprennent les mêmes mots.

Invité récemment sur France 24, Kiridi Bangoura, ministre Secrétaire général à la présidence, qui répondait à une question de nos confrères, soutient qu’ « Alpha Condé ou n’importe quel autre acteur guinéen, ne modifiez pas la Constitution sans volonté du peuple de Guinée ».

Toutefois, ajoute le porte-parole à la présidence de la République, « Légitimement, ce peuple-là peut revoir ses intentions. Je crois que ce débat-là aussi est un débat légitime en démocratie. Que les gens s’interrogent sur le système politique qu’ils ont en place, évaluent et veulent améliorer d’une manière ou d’une autre. Cela n’est pas la question d’une personne. »

Cette réponse suscite des interrogations quant aux intentions du président guinéen, qui n’a toujours pas tranché. Ce qui fait que l’opposition intensifie les manifestations pour barrer la route à tel projet.

Pendant ce temps, en Mauritanie, le président Mohamed Ould Abdel Aziz s’est prononcé mardi 20 novembre pour la deuxième fois sur cette question de troisième mandat.

En marge de l’inauguration de l’édition 2018 du Festival culturel des villes anciennes, à Oualata, dans le sud du pays,  Mohamed Ould Abdel Aziz exclu toute idée de reforme Constitutionnelle pour s’octroyer un 3ème mandat :

   « Je suis sensible à tous les appels. Il y en a aussi qui appellent à la limitation des mandats. Donc j’écoute tout le monde… De toutes façons, je suis là pour respecter et faire respecter la Constitution du pays.

Non, je ne me représenterai pas dans la mesure où je vais respecter la Constitution et la Constitution dit que je ne peux pas me représenter au-delà de deux mandats.

Je vais continuer à m’engager pour la Mauritanie, je reste en Mauritanie et je continuerai à faire de la politique. Je suis là et je ne quitte pas le pays. Je continuerai sur la même voie. », a tranché le Chef de l’Etat Mauritanien au micro de RFI.

Cette décision de son homologue mauritanien va-t-elle inspirer Alpha Condé ?

 Wait and see (attendons de voir)

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.