Affaire Ousmane Gaoual : Réaction tardive de Kory Koundiano

Critiqué pour son silence dans ce dossier où le député de l’opposition a été arrêté et incarcéré sans qu’on ne lève son immunité parlementaire, le président de l’Assemblée nationale a fait une réaction tardive dans cette affaire.

Dans un courrier de six paragraphes, signé le 13 août 2015, l’Honorable Kondiano rappelle la nécessitée, selon lui, de laisser la justice faire son travail dans le cas Ousmane Gaoual Diallo.

Le patron de l’institution parlementaire s’est ensuite appuyé sur l’article 65 de la constitution et se renvoie à la déclaration du Procureur, qui avait qualifié l’acte commis par le député Ousmane Gaoual Diallo contre l’opérateur économique de flagrant de délit.

Pour Kory Kondiano, « l’Assemblée Nationale ne peut être ni consultée ni appelée à interférer puisqu’il nécessite une poursuite directe à engager au sens de l’article 65 ».

Il a par ailleurs rappelé que « tous les députés, représentants de la nation, se doivent de donner force à la loi dont ils sont les concepteurs et garants ».

A noté que la publication de ce courrier est intervenue seulement après la libération du député Ousmane Gaoual Diallo, condamné jeudi à 18 mois avec sursis.

Cette intervention de Kory Koundiano fait suite à la demande de l’UFDG, qui dans un courrier a demandé au président de l’institution parlementaire de s’impliquer dans ce dossier qui avait pris une tournure politique.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.