Affaire Port de Conakry : L’inter centrale CNTG-USTG exige la libération de Cheick Touré

Incarcéré à la Maison Centrale de Conakry depuis mercredi, l’inter centrale syndicale (CNTG-USTG) exige la libération du syndicaliste Cheick Touré.

Dans une déclaration,  l’inter centrale CNTG-USTG constate avec regret la violation flagrante et permanente des droits humains et syndicaux ainsi que les conventions fondamentales de l’OIT, ratifiées par notre pays.

Le mouvement syndical guinéen dénonce cette violation de loi qui se manifeste par l’Obstruction à la liberté d’expression, de manifestations et des droits constitutionnels (interdiction des marches des forces vives sur toute l’étendue du pays) , la violences outrageuses et outrancières sur les locaux de la Bourse du travail se soldant par des bastonnades des leaders syndicaux, occasionnant des blessés graves et empêchant la tenue des réunions et autres activités syndicales,  le lancement de gaz destructeur d’une toxicité rare sur les responsables syndicaux, entrainant différentes affections graves comme des dyspnées respiratoire, des troubles de vision et de mémoire, l’arrestation dans la commune urbaine de Labé de vingt syndicalistes qui tenaient une réunion à leurs sièges, ils ont été encerclés et brutalisés en détruisant tous leurs biens (mobilier de bureau, motos, voitures) ;

L’inter centrale CNTG-USTG déplore par la même occasion le refus des autorités de prendre en compte les préoccupations des travailleurs , l’utilisation, pour la répression des syndicalistes, des grenades lacrymogènes très toxiques, non indiqués, par la police et la gendarmerie nationale,  la signatures de conventions de concession et autres passations de marches en violation flagrante de la procédure légale, notamment la concession opaque du port Autonome de Conakry. Une attitude selon elle, de  nuire aux employés du Port de Conakry en faisant passer le contrat dans la plus grande opacité ;

Face à la multiplication des violences sur les travailleurs et travailleuses, l’interdiction par les autorités de marches et autres manifestations des forces vives, violant ainsi un de leurs droits élémentaires ainsi que la tentative de kidnapping et emprisonnement du secrétaire général de la délégation syndicale du port Autonome, le camarade Cheikh Touré,  l’inter centrale CNTG-USTG demande au gouvernement de libérer immédiatement, sans condition, le secrétaire général de la délégation syndicale du port Autonome de Conakry qui est dans la logique de défense des intérêts matériels et moraux des travailleurs.

« Vu que le gouvernement n’affiche aucune volonté d’instaurer une vraie démocratie en Guinée, l’inter-centrale CNTG-USTG se retire de tout processus de mise en place d’une quelconque feuille de route du dialogue social. », annonce-t-on.

Face à cette situation de violation et de violence aveugle de la part de l’autorité, l’inter-centrale syndical CNTG-USTG appelle toutes les forces vives à se mobiliser pour contrecarrer cette velléité machiavélique du pouvoir à saper la liberté et la démocratie dans notre pays.

Par ailleurs, l’inter centrale invite tous les travailleurs et travailleuses du secteur public, privé, mixte, informel et retraités de Guinée à se tenir prêt pour une éventuelle action d’envergure afin de rétablir les droits constitutionnels et syndicaux des travailleurs et travailleuses.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.