Aissatou Béla Diallo : ce qui pourrait arriver…

Il faut le dire tout de suite et avec tous les respects et sa carrière dus à son rang : Aissatou Béla Diallo est loin d’incarner une sentinelle en matière de communication pour Alpha Condé. Ni son profil, ni sa carrière – elle est issue des médias d’Etat donc de la propagande, aucun passage dans une école de communication politique ou institutionnelle – ne lui prédisposent au poste de Directrice de la communication d’Alpha Condé.

Il est clair tout de même qu’elle a gravi tous les échelons : stagiaire, journaliste, patronne de rédaction, baronne de la RTG, puis ministre. Toute une carrière à la solde de la propagande. Aujourd’hui, après avoir tourné vers elle tous les projecteurs, lorsqu’il s’était agi de se muer en diplomate…mort-né (Pour le Canada), Aissatou Béla Diallo sait que rien n’est encore joué avec un président imprévisible. Elle accepte donc son nouveau poste que Rachid Ndiaye aurait dû occuper avec charisme et notoriété s’il n’avait pas choisi de s’effacer pour convenances personnelles. Béla, doit donc gérer entre autres, le Bureau de presse de la Présidence de la République. Mais jusqu’à quand ?

En effet, certains prédisent un court séjour au poste. La Dame serait juste en antichambre. Le temps de lui trouver mieux, car, elle risque d’être très vite à l’étroit avec Alpha Condé. Le président guinéen, n’écoute pas et ne lit pas dit-il, les discours écrits par ses ministres. Et cette posture a souvent des conséquences. Ses sorties médiatiques sont entachées de bourdes, de piques, d’auto-dénonciations, etc. Au-delà de son charisme, Bela aura du grain à moudre. Elle ne saurait, à priori canaliser Alpha Condé, souvent en transe.

Il est clair qu’elle dompte le locataire de Sékhoutouréya depuis des ans. « Elle prend les devants, s’installe à la première loge. On l’a vue avec la honteuse marche pour ‘’Charlie hebdo’’, côtoyant Alpha Condé.  On l’a vue à Sékhoutouréya au cours des rares conférences de presse du président, etc. Bela ménage sa monture. Elle ménage aussi la susceptibilité d’Alpha Condé. Seul hic, elle est loin de symboliser le RPG dans sa version actuelle : se dresser contre l’opposition pour jouir des largesses de Condé », commente-t-on dans la presse locale.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.