Allocation budgétaire : l’opposition contre les incohérences

Le projet de budget de 2017 s’équilibre en recettes et en dépenses à plus de 15 mille milliards GNF, soit une hausse de plus de 430 milliards GNF. Dans la fameuse allocation budgétaire au niveau des départements, on note beaucoup d’incohérences, tant et si bien les ressources fiscales qui sont difficilement collectées malheureusement ne connaissent pas une utilisation efficace et efficiente. En cause : même les priorités définies par le gouvernement ne sont pas prises en compte dans l’élaboration de la loi des finances.

Pour le porte-parole de l’opposition républicaine, un budget de l’Etat, c’est la traduction en chiffre de la politique gouvernementale. Mais, regrette Aboubacar Sylla dans la presse locale, le gouvernement exprime des priorités qui ne sont pas soutenues par des allocations budgétaires conséquentes. C’est au moment où l’état de dégradation de nos routes ait atteint un stade historique, c’est en ce moment qu’on diminue de façon drastique le budget du ministère des Travaux Publics à telle enseigne que la ministre a déclaré devant les députés qu’il n’y aura la réalisation d’aucune route en 2017 , puisque tout simplement le budget alloué à ce ministère est significativement réduit. C’est le cas de tous les départements importants, soit une stagnation ou un plan de réduction de leurs budgets.

Pour l’opposition républicaine, « Tous les départements qui ont un impact direct sur la qualité de vie des populations, sur l’amélioration de leurs conditions de vie ont connu des réductions drastiques. »

On ne sait pas comment corriger ces incohérences certainement voulues pour mieux se faire pleines les poches et s’assurer de lendemain meilleurs, après ce quinquennat poussif et sans visibilité.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.