Alpha Condé devait-il suspendre trois responsables de la RTG ? Un juriste apporte des précisions

À travers un décret lu lundi soir sur les médias publics, le président Alpha Condé a suspendu trois responsables de la Télévision nationale, à savoir : le Directeur général Yamoussa Sidibé, le Directeur de la RTG Koloma et le directeur national des services de diffusion Ismael Traoré, pour «faute lourde». Cette décision relevait-elle de la compétence du chef de l’État ? À en croire un juriste, la réponse est non. Explication.

Selon Mohamed Camara, juriste et analyste politique, en application de l’article 78 de la loi 028 du 31 décembre 2001 portant statut général des fonctionnaires, c’est l’autorité de tutelle de laquelle relève les responsables suspendus, en l’occurrence le ministre de la Communication, qui devait prononcée cette décision. «Il paraît un peu élevé d’agir par décret alors que c’est le ministre de la Communication qui était le mieux placé pour suspendre ces fonctionnaires relevant de son département», a-t-il expliqué.

Il rappelle qu’une suspension ne doit pas excéder trois mois car, précise-t-il, c’est une mesure provisoire. Et d’ajouter : «S’il y a une autre décision à prendre, il faut l’implication du ministre de la Fonction publique».

Cela dit qu’il n’est pas exclu que Messieurs Sidibé, Sylla et Traoré retrouvent prochainement leurs postes respectifs à la Télévision nationale qui, depuis sa retransmission ratée de la publication des résultats provisoires globaux du scrutin présidentiel, est devenue la risée des internautes.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.