Alpha Condé et Cellou Dalein au Forum mondial sur la paix à Paris

Le Président Alpha Condé et le Chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo prennent part au Forum mondial sur la paix à Paris, en présence des 70 Chefs d’Etat et représentants des gouvernements  à côté du président Français, Emmanuel Macron.

Pendant que la tension politique reste vive en Guinée, l’opinion publique s’interroge sur une éventuelle rencontre entre Alpha Condé et son principal opposant, Cellou Dalein Diallo à Paris.

Tous les deux invités au Forum mondial sur la Paix, qui se déroule dans la capitale française du 11 au 13 novembre, une rencontre entre les deux hommes ne semble être à l’ordre du jour.

Selon un responsable de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo est en mission à Paris où il participe au Forum mondial sur la paix. Il mettra son séjour à profit pour rencontrer des personnalités françaises et Européennes auxquelles il va exposer sur la situation socio-politique du pays, avec la répression policière des manifestants de l’opposition. « Aucune rencontre n’est prévue avec le Président Alpha Condé. Et même si une demande était faite pour une telle rencontre, Cellou Dalein Diallo va décliner », prévient Mohamed Mouslim Haidara, qui a posté sur sa page facebook.

A rappeler que ce Forum mondial sur la paix se tient à un moment où la Guinée transverse une crise politique sans précédente, avec la multiplication des manifestations politiques de l’opposition avec de nombreuses en vies humaines et des dégâts matériels importants.

Ces manifestations politiques sont consécutives à l’installation des exécutifs communaux et la violation des accords du 08 Août, à l’issue du scrutin communal de 04 février 2018.

 Rien que la semaine écoulée,  on a enregistré 3 morts dont un policier et deux civils tués par balles, ce qui ramène à 103 personnes tuées lors des manifestations politiques depuis l’accession du Président Alpha Condé en 2010. Malgré tout, l’opposition ne compte pas reculer. Cellou Dalein Diallo et ses pairs comptent poursuivre les mouvements de protestation cette semaine, pour, disent-ils, exiger le respect des accords du 08 Août et réclamer justice aux victimes de la répression policière, alors que le gouvernement, qui a interdit les manifestations politiques et sociales, ne compte pas fléchir de son côté face à la pression des acteurs politiques et sociaux.

C’est un nouveau bras de fer qui se poursuit, alors que les maires élus peinent encore à être installé dans plusieurs circonscriptions électorales et la tension politique reste vive dans le pays.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.