Alpha Condé sert bien Dalein et Cie : bataille de bilans !

C’est une guerre de bilans sans merci à laquelle se livrent aujourd’hui, plus qu’hier, Dalein Diallo et Alpha Condé. Il s’est longtemps tu, jusqu’à ce que certains observateurs ont pensé qu’il a gagné en maturité en ôtant son manteau d’opposant historique pour arborer la toge du président de la République. C’était bien mal connaître Alpha Condé, emmuré dans sa carapace d’opposant éternel, inaltérable, inoxydable.

Alpha Condé est toujours le même. Il dénonce comme un opposant. Il réagit comme s’il n’est jamais permis de le critiquer ou juger sa gouvernance. Il reste allergique à cela. Après sa sortie à l’emporte-pièce d’il y a des mois, Alpha Condé a semblé ne plus répondre à ses adversaires. Certes, certains sont avec lui, en qualité de conseillers ou autres. Il avait en effet dénoncé ce qu’il a appelé « nains politiques » et « petits comptables » qui ont mis le pays en retard, trompé Lansana Conté, etc.

Aujourd’hui, Alpha Condé déclare, certainement agacé, excédé par les sorties intempestives de Dalein et Cie : « L’opposition guinéenne a une maladie infantile. Ce n’est pas une opposition, ce sont des gens, quand ils ont été nommés ministres par Conté, dès qu’ils quittent, ils forment des partis. Un opposant c’est celui qui se bat pour arriver au pouvoir. Mais vous êtes au pouvoir, nommé par un président, dès que vous quittez vous devenez politicien, mais et votre gestion ? Comment ils ont géré ? Cellou a été pendant dix ans au gouvernement : ministre des transports, de la pêche, puis Premier ministre. Demandez son bilan. »

Alpha Condé a ainsi servi son adversaire et ses affidés. Ceux-ci doivent rire sous cape, puisqu’ils auraient réussi à desserrer les dents de l’octogénaire avancé, allergique à tout. Même aux petits égratignements politiques. En parlant de bilan de Dalein, Alpha Condé se devait de se taire. Dix ans après son arrivée, son bilan – s’il est là – parlera seul. Il n’a pas besoin de vanter ses prouesses si elles sont saluées. De toutes les façons, c’est lui qui promet usines de tomate, par-ci, de tablettes par-là, de pomme de terre de l’autre côté, de mangues, de fruits, de tracteurs, de livres, etc., excusez du peu. Sur le terrain, toujours rien, mais il continue ses annonces fallacieuses.

Et mieux, Dalein était Premier ministre et ministre de certains départements. Il n’a jamais été Président de la République, possédant tous les leviers de la Républiques y compris les aides extérieures. Se comparer à Dalein est une grosse erreur. Mais Alpha est aveuglé par l’adversité.

 

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.