Alpha, Ouatara et le 3ème mandat : Les deux Chefs d’Etats laissent planer le doute


Le président Alpha Condé s’est envolé jeudi soir à Abidjan pour dit-on, une visite de travail de 72 heures. Il s’entretiendra avec son homologue ivoirien, Alassane Ouatara, qui est également à son second et dernier mandat.

Tous les deux arrivés au pouvoir en 2010, puis réélus au premier tour en 2015, leur mandat prendra fin en 2020. A une année de la fin de leur second et dernier mandat, les deux Chefs d’Etat n’ont pas encore tranché sur leur intention de modifier la Constitution pour s’octroyer un 3ème mandant.

A chaque qu’on leur pose cette question, ils entretiennent le flou sur leurs intentions.

Pour le président guinéen, qui a co-animé une conférence de presse avec son homologue ivoirien, ‘’on ne peut pas empêcher le peuple de s’exprimer s’il le souhaite’’.

« Pour le moment, il y a un débat en Guinée, moi j’observe. Ce qui est évident, le peuple guinéen est un peuple souverain et personne ne peut empêcher ce peuple guinéen de s’exprimer s’il veut s’exprimer. J’ai été élu par le peuple de Guinée, je n’ai de compte à rendre qu’au peuple de Guinée, éventuellement au peuple africain. » , a déclaré le Chef de l’Etat guinéen. Avant d’ajouter : « Je n’ai pas de compte à rendre à l’extérieur, je fais ce qui sera la volonté du peuple de Guinée, parce que c’est lui qui m’a élu grâce au peuple africain. Parce que lorsque j’étais en prison, tous les pays africains se sont mobilisés. »

Puis, Alpha Condé décide de couper court : « Ce n’est pas un débat qui m’intéresse, mais, je le laisse se développer dans le pays. »

De son côté, Alassane Ouatara, qui avait laissé entendre en janvier 2017, son intention de laisser le pouvoir à la jeune génération à l’issue de son second et dernier mandat, entretient le flou sur ses intentions.

Face à Alpha Condé dont la question d’un troisième mandat pour Ouatara lui avait été posée, le président ivoirien ironise devant les médias ivoiriens

“Si cette question m’est adressée, alors je vous répondrai que je modifierai la constitution pour me présenter à un troisième mandat” dira le chef d’Etat ivoirien.

Le volte-face du président ivoirien suscite des interrogations, parce qu’on se souvient en 2017, il déclarait : « À l’occasion de mes 75 ans, ceci m’amène à réaffirmer que les institutions de la République qui seront mises en place très prochainement me permettront de prendre congé en 2020 », avait déclaré le Chef de l’Etat ivoirien lors de la cérémonie d’échange de vœux face au corps diplomatique.

Avant de faire volte-face en novembre 2017  où il émettra publiquement l’hypothèse pour la première fois. « A priori, je ne me présenterai pas en 2020.

En politique, on ne dit jamais non.. Attendez 2020 pour connaître ma réponse », a-t-il déclaré sur France 24.

Récemment, lorsque la question lui a été posée lors d’une conférence de la fondation Mo Ibrahim sur ses intentions sur une éventuelle candidature à un troisième mandat, le président ivoirien a tout simplement répondu : «  Je suis très croyant, j’espère que Dieu me donnera la santé et la longévité. Le peuple ivoirien m’a élu à 83 % en 2015. Il ne peut pas y avoir de plus bel hommage. Et puis, il y a votre conscience. Il faut se demander : est-ce que votre pays a atteint les objectifs que vous êtes fixé en venant dans cette fonction ? Est-il suffisamment stable, en sécurité ? Avez-vous une équipe qui peut faire la suite ? Une fois que vous avez répondu à ces questions, le reste devient facile. Donc, je prendrai ma décision l’année prochaine. J’ai un certain nombre d’amis que je consulterai avant de prendre ma décision définitive, mais elle est presque prise. »

Entre Alpha Condé, Alassane Outara, les peuples guinéen et ivoirien, qui aura le dernier mot  sur cette question de 3ème mandat?

L’avenir nous le dira

Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.