An 17 de l’UFR : Sydia fait fausser les pronostiqueurs

Certainement bien des observateurs avaient parié sur une faible mobilisation des militants de l’UFR, pour marquer l’an 17 de la présidence de Sydia Touré. Le président de cette formation politique a fait mentir nombreux pronostiqueurs. De par la qualité des invités, du contenu de certains discours, de par la mobilisation. On ne parle pas de ceux qui confondent une mobilisation de réjouissance pour fêter un anniversaire et une marche politique traditionnellement chaotique.

En réussissant ce pari de la grosse mobilisation, l’UFR rebondit. Elle prouve qu’elle pourrait aussi être une alternative crédible, transversale, parce que son leader est issu d’une minorité – contrairement à ceux du RPG et de l’UFDG. Troisième force politique ? L’UFR confirme, en cette 17è année de la présidence de Sydia Touré. La forte mobilisation vécue ce week-end fait douter les adversaires les plus incrédules. Prise pour morte, l’UFR sort des bois et crie à tue-tête : ‘’Je vis encore et je peux surprendre en 2020’’.  C’est donc un test en prélude à cette échéance tant attendue. Avec autant d’angoisses que d’inconnues.

Parti de l’opposition républicaine, Sydia Touré tente de mobiliser, de rassembler ses pairs : « Je voudrais adresser un message, un cri de cœur aux acteurs politiques, aux acteurs de la société civile. Tout en restant fidèles les uns à nos convictions politiques et les autres aux idéaux de la société civile, travaillons en synergie pour sortir notre  pays de l’ornière de la pauvreté. Nous le pouvons si nous en avons la volonté, la détermination. Conjuguons nos efforts pour conjurer le sort qui semble s’acharner contre nous. »

Cet appel sera-t-il entendu ? Nul ne le sait.

Jeanne Fofana, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.