Ansoumania Village, ce quartier où avoir de l’eau potable est un véritable calvaire

L’humanité a célébré ce mardi 22 mars la Journée mondiale de l’eau. Une célébration qui est tombée au moment où plusieurs quartiers de la capitale comme ceux des villes l’intérieur du pays sont confrontés à un manque criard d’eau potable. C’est le cas d’Ansoumania Village, un quartier de la commune urbaine de Dubréka mais qui se trouve à une dizaine de kilomètres de Conakry, où s’est rendu Kababachir.com ce mardi.

Si dans la plupart des quartiers de la capitale l’on déplore le fait que l’eau potable ne coule pas souvent dans les robinets, ici, il n’y a même pas d’installations de la Société des Eaux de Guinée (SEG). Les citoyens de la localité sont obligés de se débrouiller avec leurs moyens de bord pour trouver le précieux liquide. Et pour cela, ils se tournent vers les forages construits par les particuliers et les rares puits qui n’ont pas encore tari. «Dans notre quartier, la SEG n’a même pas installé les tuyaux d’abord à plus forte raison parler de la fourniture d’eau», déplore Alhassane.

Pour se procurer de l’eau consommable, les femmes parcourent des longues distances. «Nous souffrons beaucoup ici. L’eau que nous utilisons, nous la transportons sur nos têtes dans des bidons de vingt litres», indique Fatoumata.

Les populations de ce quartier enclavé derrière la Cimenterie lancent un appel de détresse aux autorités pour leur venir en aide afin de résoudre ce problème. «Nous demandons au gouvernement de nous aider à avoir de l’eau dans notre quartier. Les femmes souffrent trop ici», regrette Mariama.

Comme Ansoumania Village, plusieurs quartiers de la capitale guinéenne rencontrent des problèmes dans l’approvisionnement en eau potable en cette période de sécheresse. Tout un paradoxe, d’autant que la Guinée est «le château d’eau de l’Afrique de l’Ouest». Malheureusement, au même moment ses habitants meurent de soif.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.