Antonio Souaré : manageur invivable?

Il est taciturne et impénétrable. Mauvais manageur invivable et revanchard. Antonio Souaré peine à rassembler, à fédérer. Il est allergique aux contradictions, à l’adversité. Rarement devant les caméras et autres flashes d’appareils photos, le président de la Fédération guinéenne de football, par ailleurs l’autre épine dorsale de Guinée Airlines, la flotte mort-née risque de pousser le reste de ses possibles adversaires vers la sortie.

Le dernier cas remonte au milieu de la semaine dernière, avec la démission de KPC. Les raisons invoquée : centralisme à outrance de la gestion des affaires. Voici ce que rapporte la presse locale : « On a écrit plusieurs fois à Antonio pour qu’il nous permette de signer les licences des joueurs, mais il ne l’a pas fait et pourtant c’est l’une des recommandations de la FIFA.  Le monsieur à la main mise sur tous les secteurs du football, vous le savez, mais vous vous n’en parlez jamais.  Je m’étais tu jusqu’ici, pensant que ça pouvait aller, mais hélas ! Je suis passé même par des dirigeants pour qu’on lui parle, mais il n’a pas changé.  Ça a fait deux ans, je fais tout pour que ça aille, il ne comprend pas, il n’a pas le temps. Même le choix des arbitres c’est lui. » Conclusion de KPC : « C’est bon je n’en peux plus. »

 

Antonio Souaré parle ainsi de lui, après l’autre patate chaude liée à l’ancien président de la Fédération guinéenne de football (Féguifoot), Salifou Camara ‘’Super V’’, cité, avec Ibrahima Blasco Barry et Morton Soumah, dans une affaire de détournement de 20 milliards GNF. Super V avait dénoncé, on le sait, les manipulations d’Antonio : « On ne peut pas s’asseoir dans son coin, parce qu’on est un prétendu président de la FEGUIFOOT et designer par copinage un organe de révision des comptes. Ce cabinet est un cabinet très bien connu de Monsieur Antonio Souaré, contrairement à ce qu’il raconte en disant que c’est un cabinet qui serait venu de France dont la représentation en Afrique de l’ouest est basée en Côte d’Ivoire, c’est archi-faux.  C’est un cabinet qui est dirigé par son copain Mory Cissé et qui est à l’immeuble Kindia à la Cité des Nations. Ils sont voisins.  C’est ce cabinet-là qui révise les comptes de sa société Guinée Games. Là il y a un conflit d’intérêts. Il n’y a pas eu d’appel d’offres. Il a désigné comme ça, par copinage, pour 700 millions GNF. »

 

Suffisant pour se faire une idée sur le personnage de Souaré. Nous y reviendrons.

 

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.