Après Hidalgo et Macron, Obama s’est entretenu avec Hollande

Anne Hidalgo, Emmanuel Macron, et François Hollande. De passage à Paris ce samedi pour une conférence privée, l’ancien président des Etats-Unis Barack Obama avait bien rempli son agenda. Après avoir rencontré l’édile parisienne et déjeuné discrètement avec le chef de l’Etat, le 44e président des Etats-Unis s’est entretenu un peu moins d’une heure avec son ancien homologue, notamment pour discuter du climat.

Le plus discret de ces entretiens a été celui avec Emmanuel Macron, qui, par tact diplomatique envers Donald Trump, n’a pas désiré communiquer ou immortaliser cette rencontre. Un « déjeuner privé » de deux heures, à l’Elysée, à l’issue duquel Barack Obama est reparti vers 15h30 pour aller s’entretenir dans son hôtel avec l’ancien locataire de l’Elysée.

Le climat au coeur des discussions avec François Hollande et Anne Hidalgo

«Au-delà d’une rencontre entre deux anciens présidents qui ont travaillé ensemble», cet échange leur a permis notamment d’«aborder la situation internationale», selon l’entourage de François Hollande.

Ils ont également échangé sur leurs fondations respectives, dont les priorités pour «l’engagement et la jeunesse ont beaucoup d’analogies, même si elles n’ont pas les mêmes moyens ni le même déploiement à l’international», selon l’entourage de l’ancien chef de l’Etat français. Leurs équipes vont «regarder comment il est possible de rapprocher» les deux fondations, par un éventuel partenariat, a-t-on ajouté.

En fin de matinée, il s’est entretenu « une quarantaine de minutes » à son hôtel avec Anne Hidalgo. Celle-ci a publié une photo de leur rencontre sur son compte Twitter.

L’entretien a été qualifié d’« amical » par l’entourage de la maire de Paris. Au début de leurs discussions, le prédecesseur de Donald Trump a « salué la force des Parisiens » qui, après les attentats de 2015, « ont su en deux ans se relever de ce drame et rester fidèles à leurs valeurs ».

Mais c’est surtout la question du climat qui a été au coeur des échanges. « Les défenseurs du climat sont majoritaires sur la planète mais ne sont pas assez organisés », a regretté Barack Obama qui dit croire « d’abord en l’action des maires et des villes ».

L’ancien président a convenu que les équipes de son fondation et celles d’Anne Hidalgo, qui dirige notamment le C40 (organisation rassemblant près de 90 des plus grandes villes du monde engagées dans la lutte contre les changements climatiques), travailleraient ensemble.

Barack Obama a ensuite rejoint la Maison de la radio, où il a donné une conférence. L’ex-locataire de la Maison blanche, convié par un réseau de dirigeants, les Napoleons, s’est exprimé pendant un peu plus d’une heure.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.