Après le remous à Kipé, l’armée joue à l’apaisement…

En réaction à la violence perpétrée vendredi contre un béret rouge de l’armée guinéenne, des jeunes de Kipé ont barricadé la route dans la matinée de ce samedi 17 novembre.

Pendant des heures, la route était bloquée et des automobilistes étaient obligés de rebrousser chemin pour éviter d’être pris à parti par des jeunes en colère, qui disent réagir contre les tueries et la bastonnade d’un béret rouge hier à Bambéto. Ces jeunes appellent l’Etat à prendre ses responsabilités pour sécuriser les citoyens :

« Si l’Etat ne prend ses responsabilités face à cette situation, nous allons bloquer cette route, il n’y aura pas de passage ici jusqu’au lundi. On ne cassera rien ; mais, il n’y aura de passage », prévient Fodé Camara, un manifestant en colère.

Déployés sur le terrain, des agents de forces de l’ordre ont dispersé les jeunes manifestants à coup du gaz lacrymogène et la circulation a été rétablie dans les environs de midi.

Face à la tension qui prévaut dans le pays, l’armée joue à l’apaisement qu’un béret a été sérieusement tabassé à Bambéto.

Venu au chevet de la victime, avec certains de ses collaborateurs, le Direction de l’Information et des Relations Publiques de l’Armée, rassure la famille sur l’état de santé du Capitaine Vivien Gérard et appelle les jeunes de Kipé au calme:

« Nous nous sommes rendus au chevet du capitaine Vivien Gérard pour nous entretenir avec ses médecins-traitants. Et rassurer sa famille sur son état de santé. Toutes les dispositions sont prises par le ministère de la Défense nationale pour la prise en charge médicale de cet officier de l’armée guinéenne.
Par ailleurs, les jeunes de Kipé ont compris notre message de sensibilisation. Il faut préserver la quiétude et permettre la libre circulation des personnes et des biens
. » , a déclaré Aladji Cellou Camara sur sa page facebook.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.