Armer des tiers et s’autodétruire: les incohérences du Procureur

Armer des tiers pour se faire tuer et éliminer les siens. Pour une incohérence maladroite et compromettante, c’en est vraiment une ! Et c’est à jeu de complots mais surtout de mise en scènes que s’est prêté, cette semaine, le Procureur Sidy Mohamed Ndiaye avec ce qu’on pourrait désormais appeler « Le cas Grenade » dont les accusations remontent d’il y a deux ans.

Ce procureur n’a jamais prononcé le nom de l’UFDG, mais, il a livré des photos – avec Halimatou Dalein Diallo, Ousmane Gaoual Diallo, etc., – piquées sur la toile et postées par Grenade et ses amis, depuis bien des années. Avec « ces pièces à convictions », le magistrat donne l’impression que le principal parti d’opposition, aujourd’hui vecteur du manque de sommeil du président Condé arme ses militants et des tiers pour tirer sur la foule d’opposants et sur les forces de l’ordre.

Dans l’imagerie de bien des Guinéens, on comprendrait mal comment ce parti pourrait armer ses militants – malgré que ceux-ci aient réclamé des armes mais dont la sollicitude a été refusée net – pour que ceux-ci s’autodétruisent. L’autre incohérence relevée : comment se fait-il que malgré les « armes de l’UFDG », il n y a eu que des jeunes de l’Axe, de la même région, au cours des mêmes manifs qui sont tués par balles, certains dans leur foyer, d’autres dans le quartier sans jamais être manifestants ?

Si l’UFDG a des armes, elle qui fait des décomptes macabres du côté du cimetière de Bambeto avec 93 victimes, pourquoi ne se vengerait-elle pas sur les forces de maintien d’ordre aujourd’hui présumés coupables de toutes sortes d’exactions dans les ménages ?   Des militants ayant les mêmes convictions, habitant les mêmes zones, grillant les sauterelles ensembles, peuvent-ils vraiment entre-tuer sans qu’il n’y ait des dénonciations et sans qu’ils ne soient vus par des responsables du parti ?

Que dire alors des militants – Hady Barry, Saliou Bella, Bah Oury, Intello, Korboya, etc., – ayant quitté le navire UFDG par frustrations n’aient pas pu dénoncer cette armée de l’UFDG au RPG, en pleine assemblée générale, afin que le pouvoir ne prenne ses dispositions ?  Comment expliquer qu’il y ait encore eu de morts parmi les manifestants, alors que Grenade était en détention depuis des lustres ?

Autant dire qu’il y bel et bien d’autres Grenades dans les rangs des policiers et gendarmes qui investissent les quartiers et les ménages ?

Le Procureur manque d’imaginations, d’adresses et de calculs. Son objectif c’est de divertir. Or, cette entreprise a échoué, au moment même où les familles des victimes démarchent pour que cessent les tueries ciblées, où moment où les grèves sociales couvent, suite au projet d’augmentation du prix du carburant à la pompe, au moment où enfin, le gouvernement veut couper le courant pour éponger les charges dues aux enseignants. Il y a de quoi et non monter des scènes pour détourner les esprits des Guinéens de l’essentiel. C’est absolument raté. Cette fois-ci encore.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.