ARMP Guinée : Jonas Mukamba, à bride abattue !

Avec une gestion pour le moins opaque – les travailleurs ou pris comme tels perçoivent de l’argent mensuellement sans bulletins de salaire, sans contrats de travail (les CDI validés par l’Inspection générale du travail sous Guillaume Curtis, il y a trois ans, sont lacérés par l’actuel et imprévisible maitre des lieux) et ne parlez surtout pas d’attestation de travail – le directeur général de l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) court à bride abattue. A sa ruine ou plutôt à celle de l’Institution qu’il dirige. Le Conseil de régulation se laisse faire nous dit-on, à cause des sous.

Jonas Mukamba, à y regarder de près et selon des sources dignes de foi, se livre aux plaisirs sans aucune retenue, sans en prévoir les suites dangereuses qu’il aura laissées à son prochain prédécesseur, car, on apprend que ses jours sont comptés à la tête de l’ARMP. Et ce, malgré ses accointances avec Alpha Condé, lequel d’ailleurs semble vivre une lassitude maladive. Le DG gère l’ARMP comme sa propre boîte. Il vient à l’heure voulue, porte au pinacle certains, intimide d’autres et ignore le reste. Souvent il peut créer le vide pendant de longs jours, laissant l’Institution au gré d’une partie du personnel pour le moins rabougri, délié, amaigri, défiguré, dépité et, pour tout dire, sans perspective.

Le marché de l’emploi étant cruellement étriqué, les rares cadres, dont des rescapés de Guillaume Curtis peinent à se trouver une nouvelle adresse. Ils gardent donc leur mal en patience. « On est là, faute de mieux. Personnellement, je peux vous dire que je ne tourne pas en plein régime, même pas à 2%. J’aurai souhaité être utile que d’être invité à des réunions fréquentes sans suite avec un DG qui a la phobie des complots supposés et un fol appétit pour la prépotence », témoigne, très amusé, un proche du patron de l’ARMP. Selon ce qui nous a été rapporté et que nous avons constaté sur le site la semaine dernière, le DG Mukamba ne file pas le parfait coton avec son chef service administratif et financier (SAF). Richard Gnanga Goumou a même brandi la menace (si ce n’est un chantage) de démissionner. Il regrette que son patron, un auditeur en plus, ne veuille obéir à aucune orthodoxie financière et comptable. Et il ne serait pas prêt à endosser une responsabilité personnelle et propre à Mukamba. La tension est palpable et le divorce presque consommé.

Pour ne rien arranger, le même DG ouvre un front contre le directeur de la Formation et des appuis techniques (DFAT). Paul Bomboh, ancien fidèle lieutenant à Guillaume Curtis ne fume pas non plus le calumet de la paix avec Mukamba. C’est la bouderie entre les deux hommes. Au cœur de la friction : une histoire d’argent mal redistribué ou partagé. L’ancien proche de Curtis accuse Jonas Mukamba  de privilégier ses hommes et femmes de mains sans gros résultats, alors que c’est lui qui se taperait le gros du boulot.

A l’ARMP, c’est le centralisme dans la gestion. Opacité oblige ! Il va de soi, dirions-nous !Le plan de formation de l’année dernière n’a même pas été exécuté à 5%, alors que la subvention continue de tomber et pas moins de 3 milliards GNF.Pour ainsi siffler la fin de la recréation et certainement clouer le bec de ses collaborateurs (l’ARMP n’a pas de direction juridique, de documentation, etc. autant imaginer le sérieux de la règlementation dans le secteur des marchés publics), Jonas se fend une circulaire. En objet : mesure conservatoire. Dans cette circulaire N°228/PRG/ARMP/DG/2018, il a rappelé qu’il est nommé par décret ; engage, liquide et ordonne les dépenses de l’ARMP (…) ; recrute, nomme et licencie, …

Le fameux Conseil de régulation jouant le rôle de CA est mis en copie. Ces 9 membres ne pipent jamais mot, en dépit des déviances constatées. Ils se portent tous en complices et facilitent tout au maître des lieux qui les tient par l’argent. Sinon tous savent que le pauvre personnel est sans contrat de travail, sans bulletin de travail, sans couverture médicale, etc. Mais, le président du Conseil de régulation Fodé Oumar Touré le bourreau de Guillaume Curtis et sa bande estiment que Jonas, manifestement plus difficile à pratiquer que le DG partant est dans son droit. Le plus absolu. L’ARMP Guinée a besoin d’un sang neuf, urgent, pressant, impératif. Mais surtout d’un audit approfondi des années de Jonas. De toutes les façons, des sources dignes de foi le Premier ministre Kassory Fofana serait partant pour un toilettage de l’ARMP et donc arrêter les saignées avec un DG à bride abattue. De quoi justifier la récente visite inopinée de contrôleurs, alors le principal concerné était absent. La correction du désordre administratif et financier est impérative.

Dans nos prochaines publications, on va s’intéresser en profondeur à la gestion du carburant, les voyages à l’étranger, la gestion (location) des locaux. Tout aussi explosive et exclusive. Kababachir.com ouvre la boîte à pandores !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

  1. bateka dit

    Ainsi va la guinee avec notre professeur de droit de surcroit.
    Alpha Conde ne se pré occupe que de son mandat.
    Il a érigé la corruption, le nepotisme en mode de gouvernance
    Alpha Conde s’entoure expressement des hommes comme Mukamba.
    Aux guineens de deviner pourquoi?
    Ce Prof nous dit avoir attendu plus de 30 ans
    Voici le resultat
    Que dieu sauve la guinee
    AMEN

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.