Assassinats ciblés : La Coordination Haali Poular met en garde Alpha Condé

Au lendemain de l’installation des PA le long de l’axe Hamdallaye-Bambéto-Cosa-Sonfonia-Kagbélen, la Coordination Haali Poular s’insurge contre les assassinats ciblés et  la militarisation de la Commune de Ratoma.

Dans une déclaration rendue publique mardi, dont Kababachir.com dispose d’une copie, la Coordination Haali Poular, soucieuse de l’instauration de la paix, de la quiétude sociale dans un esprit citoyen pour l’ensemble des guinéens, regrette des actes d’exclusion et de répression ayant conduit à plus de cent personnes tuées lors des manifestations politiques sur l’axe. Devant cet état de fait, la Coordination Haali Poular indexe ouvertement le Président Alpha Condé dans sa politique ethno stratégique qui, selon elle,  est en train de détruire la cohésion nationale, avant de prévenir son échec.

« Les actes d’exclusion, de répression contre la Communauté Haali Poular, n’ont cessé de croître sans fondement. Il faut rappeler que la Communauté Haali Poular a toujours été et restera en parfaite harmonie avec toutes les autres composantes socioculturelles de la Guinée. C’est le système actuel exclusivement mis en place par Mr Alpha CONDE dans sa politique ethno stratégique qui est en train de détruire la cohésion nationale. Il échouera lamentablement et la GUINEE restera une et indivisible », lit-on dans une déclaration.

Par ailleurs, Coordination Haali Poular  regrette de constater que la commune de Ratoma, majoritairement habitée par des Peulhs, soit des « cibles privilégiées des troupes à visages découverts. Ces troupes sont celles de la mort. Celles-ci blessent, saccagent, sèment la terreur et la désolation au nom du régime. En plein jour, des hommes en tenues militaires ou de police, tenant des fusils de guerre n’hésitent pas à rentrer dans les concessions, renverser des marmites, violer des femmes et des filles. On nous dit toujours que ces troupes ne sont pas de l’armée guinéenne ou que les forces officielles de l’ordre et de sécurité ne sont pas armées. Où sont alors ceux qui ont le devoir de défendre les citoyens sans discrimination ? Chers compatriotes n’avons-nous pas le droit d’être protégés comme tout autre guinéen conformément aux dispositions pertinentes de la Constitution ? », s’interroge cette Coordination. Avant de préciser : « Nous n’avons pas peur en posant ces questions car nous n’avons peur que de Dieu. », prévient El hadj Saikou Yaya Barry.

Face à cette situation, la coordination dit avoir attiré l’attention de la communauté nationale et internationale, ainsi que les ambassadeurs de France, des États Unis, de l’Union Africaine de l’Union Européenne, de la CEDEAO sur les risques des dérives dictatoriales du Chef de l’Etat guinéen qui utilise la stratégie diviser, pour régner.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.