Attaque d’une mosquée en Egypte : «Le groupe Etat islamique veut soumettre les tribus bédouines»

Alain Rodier est directeur en charge du terrorisme auprès du Centre français de recherches sur le renseignement (CF2R). Après l’attentat contre la mosquée soufie qui a fait au moins 235 morts, il rappelle les ambitions mortifères du groupe Etat Islamique (EI) dans cette région de l’Egypte où Daech a déjà frappé.

Pourquoi cibler une mosquée ?
Alain Rodier. S’ils ont ciblé une mosquée soufie, c’est parce que ce courant est considéré comme traître à l’islam par les idéologues du groupe Etat Islamique (EI). Les soufis sont des objectifs comme le sont aussi les musulmans chiites. Ils sont considérés comme des déviants de l’Islam par l’EI qui veut imposer un strict et rigoriste retour à la religion telle qu’elle était pratiquée à l’origine. Toutes les évolutions de l’Islam postérieures sont rejetées. Et les traîtres sont pires que les autres ennemis selon leur idéologie. Les chrétiens coptes et les juifs ne sont pas la première cible des groupes djihadistes dans cette région.

LIRE AUSSI >
Egypte : au moins 235 morts dans l’attaque d’une mosquée du Sinaï

Les musulmans sont donc les premières victimes ?
La guerre que mène l’EI tue d’abord et essentiellement des musulmans. Son but n’est pas de les défendre, comme ils le prétendent, mais de les asservir idéologiquement et de leur imposer une allégeance au « calife Ibrahim ». S’ils ne le font pas, ils sont considérés comme des apostats. Au sein du Sinaï, c’est encore une guerre interne à l’islam qui se joue et non une guerre de civilisations.

Quelle est la situation dans cette région de l’Egypte ?
On sait que dans cette région du nord Sinaï, la tribu locale a refusé de suivre l’EI et de faire allégeance. Lors de cette attaque terroriste dans ce village, c’est plus de 20 % de la population masculine qui a été tuée. L’EI n’a qu’un but : mâter toute tentative d’obstruction à ses ambitions. L’EI veut soumettre les tribus bédouines dans une région que l’armée égyptienne, malgré les renforts et des accords avec les autorités israéliennes, ne parvient pas à contrôler. Il profite aussi du sentiment de déclassement des tribus bédouines toujours hostiles à toutes les autorités du Caire quelles qu’elles soient.

LIRE AUSSI >
Attentat en Egypte : le président Al-Sissi promet une réponse «brutale»

Qui sont les acteurs du terrorisme dans le pays ?
Plusieurs groupes se font concurrence. Il y a d’un côté ceux du canal historique Al-Qaïda, et l’EI, de l’autre. Mais Al-Qaïda n’est pas actif dans cette zone du Sinaï. Le groupe affilié à Al-Qaïda dit Al Mourabitoune agit plutôt sur Le Caire, le delta du Nil et l’ouest de l’Egypte. Là dans le Sinaï, c’est plutôt le fief du groupe de la « Wiliayat Sinaï » qui s’est allié avec certaines tribus bédouines.

Comment expliquer l’absence de revendication ?
Depuis quelques mois et l’affaiblissement de l’EI, leur stratégie de communication a changé. Ils n’ont plus les mêmes moyens. Ils revendiquent même des actions par pur opportunisme, comme la tuerie de Las Vegas en octobre, ce qu’ils ne faisaient jamais auparavant. Mais leur idéologie mortifère persiste.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.