Au lieu de s’attaquer aux priorités, Alpha Condé s’emmure dans les querelles d’égos

On ne saura peut-être jamais quand est-ce qu’Alpha Condé réussira-t-il à se départir de son manteau d’opposant et d’incarner littéralement le statut de Chef d’Etat, président de tous les Guinéens. Plus de dix ans, il raisonne en opposant. Plus de dix ans, il se compare à des anciens Premiers ministres aux pouvoirs circonscrits. Lui qui est chef de l’Etat, président démocratiquement élu, pour ainsi adoucir les mœurs, opposant historique s’écarte tous les jours des priorités pour s’occuper des querelles d’égos.

C’est ainsi qu’il a rappelé dans JA : « Je vous corrige : il ne s’agit pas de mon troisième mandat, mais de mon premier mandat sous la IVe République, adoptée par référendum. Un référendum qui n’était d’ailleurs pas inédit dans l’histoire de la Guinée : souvenez-vous de celui de novembre 2001 instaurant un septennat renouvelable à vie pour le président Lansana Conté, disposition liberticide dont l’un des plus chauds partisans, à l’époque, était un certain CellouDalein Diallo. »

Comble de maladresse, de rancœur et haine viscérales, il ajoute : « J’ai déjà expliqué pourquoi cette IVe République était nécessaire et pourquoi j’ai décidé de me présenter à la présidentielle d’octobre dernier. Les deux principaux leaders de l’opposition étant ceux-là mêmes qui avaient laissé la Guinée dans l’état désastreux où je l’avais trouvée en 2010, il n’était pas envisageable pour moi qu’elle puisse à nouveau tomber entre leurs mains. » Comme quoi, il a forcé le passage juste pour se venger d’une élite politique, opposant à son régime. C’est dire que les priorités et les dizaines de promesses attendront encore des décennies pour connaitre un semblant d’exécution.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.