Au lieu de s’en prendre à la CAF, Antonio Souaré devrait sévir devant sa porte

Le Président de la Féguifoot s’en prend vertement à la CAF en dénonçant la chose et son contraire au sein de l’organe dirigeante du football continental: « Il y a dysfonctionnement, on ne comprend pas parce qu’aujourd’hui, la cour internationale de justice reconnait l’IRM et la FIFA ne reconnait que l’IRM. Prendre une décision aujourd’hui et faire le contraire demain, c’est autre chose. »

Au lieu de larmoyer donc, Antonio Souaré devrait sévir contre tous ceux qui sont impliqués dans la grosse magouille estampillant la Guinée comme un pays à fraudes. Une fraude traduite, on se rappelle l’implication lors de la CAN des cadets, en avril à Dar Es Salam en Tanzanie, deux joueurs dont l’âge avait franchi la barre de 17 ans.Il s’agissait de Mohamed Tidiane Keita et Aboubacar Conté qui auraient pris part en 2017 à un tournoi de football des minimes au Japon. Malgré tout, Souaré appelle les Guinéens déjà honnis « à la sérénité ».

Et de se justifier, au lieu de mater – s’il en est besoin – les magouilleurs : « Le comité exécutif n’avait pas le droit de prendre cette décision du moment où la commission d’appel était le 23. C’est un problème qui va se terminer au TAS. C’est une longue procédure judiciaire qui commence, la réunion du comité exécutif n’est pas juridique, elle n’est qu’administrative. »

En attendant, la Guinée perd et le Sénégal s’engouffre….Un commentateur fulmine : « Il ne s’agit pas de convaincre l’opinion sur le test IRM passé dans des cliniques à Conakry, à Dakar, Marrakech et Dar Es Salam, mais il s’agit plutôt de passeport sportif de joueur individuellement né à deux époques différentes (Quel paradoxe) Voilà des preuves irréfutables que les Sénégalais détiennent contre nous et qui ont amené la CAF a entériné la décision de son jury disciplinaire. »

Les présumés coupables de ces sales besognes sont à voir au niveau de la Féguifoot. Nulle part ailleurs: « Il s’agit de l’entraîneur Mohamed Maleah Camara, qui a utilisé ces deux jeunes au Japon mais également à la récente CAN des cadets à Dar-Es-Salam, du délégué fédéral, AlhassaneYoula, membre du comité exécutif lequel a accompagné les minimes au Japon, Aziz Sylla de la commission des statuts de joueur qui a qualifié les deux joueurs auprès de la CAF. »

Tout le reste, c’est du cinéma !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.