Au Niger, sur la route des migrants

La cité d’Agadez, « capitale » du pays touareg nigérien, est le grand carrefour où des migrants affluent des pays de la région avant de s’embarquer à bord de camions ou de véhicules tout-terrain vers le désert libyen, désert de tous les périls. Mais depuis que l’Union européenne a promis au gouvernement nigérien une enveloppe de 140 millions d’euros, en 2016, pour démanteler les filières de passeurs et trouver des activités de substitution aux communautés locales qui vivaient de cette économie migratoire (routiers, logeurs, restaurateurs, etc.), les autorités sont plus sévères à l’égard du trafic de migrants, et le flux s’est un peu tari. De Niamey à Agadez, le photographe Samuel Gratacap est allé à la rencontre des candidats à la migration et des passeurs en phase de reconversion.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.