Audit à la feguifoot : faut-il mettre en doute le rapport d’Antonio ?

Une véritable chasse à l’homme. C’est ainsi qu’on aurait pu conclure, suite à la sortie, mercredi de Super V, l’un des concernés par l’audit commandité par Antonio Souaré, nouveau patron de la FEGUIFOOT. Si les déclarations de Super V se révèlent, il y a bien lieu de crier au complot, même si, l’homme visé est bien connu dans la nébuleuse financière où il a réellement fait fortune.

En effet, selon Super V, Antonio Souaré a zappé sur l’auditeur interne pour programmer un cabinet sans appel d’offres pour lui donner le marché estimé à quelque 700 millions GNF. Certainement, le scandale dépasse l’auditeur interne dont les prérogatives sont largement limitatives. Soit !

De toute évidence tranche Super V : « On ne peut pas s’asseoir dans son coin, parce qu’on est un prétendu président et designer par copinage un organe de révision des comptes. Ce cabinet est un cabinet très bien connu de monsieur Antonio Souaré, contrairement à ce qu’il raconte en disant que c’est un cabinet qui serait venu de France dont la représentation en Afrique de l’ouest est basée en Côte d’Ivoire, c’est archi-faux. C’est un cabinet qui est dirigé par son copain MoryCissé et qui est à l’immeuble Kindia à la Cité des Nations. Ils sont voisins.  C’est ce cabinet-là qui révise les comptes de sa société Guinée Games. Là il y a un conflit d’intérêts. Il n’y a pas eu d’appel d’offres. Il a désigné comme ça, par copinage. »

Bien suffisant pour mettre en doute le rapport d’Antonio. Comble de l’amateurisme, « C’est par voie de presse et la conférence que Antonio a organisée que j’ai su qu’il y a eu audit. Personne ne m’a consulté, ni le cabinet. Je n’ai jamais vu ces rapports. Je n’ai jamais été associé pour un quelconque rapprochement. Donc, pour moi, on ne va pas parler de rapport d’audit mais de roman de science- fiction d’Antonio Souaré. »

 

La démarche de Souaré rappelle étrangement celle empruntée par Yéro Baldé de l’Enseignement supérieur sur la biométrie des étudiants du privé. Le moindre mal devrait de faire un rapprochement avec les concernés. Ce qui n’aura pas été fait. Du coup, le rapport est tout aussi un scandale.

Jeanne Fofana

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.