Audition de Dadis à Ouaga : Son parti dénonce ‘’une manœuvre’’ visant à l’empêcher de se présenter à la présidentielle

Des juges guinéens sont arrivés mardi à Ougadougou, pour auditionner l’ex-Chef de la junte Moussa Dadis Camara dans l’affaire du 28 septembre 2009, où 157 civils avaient été tués par les forces de l’ordre et des éléments de sa garde présidentielle, plus d’un millier de blessés et des dizaines de femmes violées.

L’ancien homme fort de Conakry qui avait pris le pouvoir au lendemain de la mort du Feu Général Lansana Conté, le 23 décembre 2008, devrait répondre aux questions des juges guinéens en charge du dossier.

C’est la deuxième audition de l’ancien président du CNDD, après celle effectuée en 2014 par les juges burkinabés à la demande de Conakry.

Cette audition intervient quelques jours après la visite à Conakry de la Procureur de la CPI, Fatou Bensouda, consécutive à l’annonce, le 11 mai denier, de la candidature de Moussa Dadis Camara à la présidentielle guinéenne, sous les couleurs du FPDD.

Cette formation politique s’est engagée récemment à signer une alliance politique avec l’UFDG de Cellou Dalaien Diallo, le principal parti de l’opposition guinéenne, dans la perspective de la présidentielle du 11 octobre prochain.

C’est pour toutes ces raisons que le FPDD y voit de cette audition, une manœuvre visant à l’empêcher (Dadis), de se présenter à la présidentielle.

« Depuis l’annonce de l’alliance Fpdd-Ufdg, le pouvoir n’est pas tranquille. Ces juges sont à Ouagadougou uniquement pour inculper Dadis. Tout ceci pour l’empêcher exercer son ambition politique mais c’est peine perdue car lui-même a promis de répondre à la Justice de son pays », a déclaré le chargé de la communication de sa formation politique à la presse.

Six ans après la tragédie, 14 personnes impliquées dans l’affaire du 28 septembre, dont le Général Toto, ex-N°2 de la junte, ont été inculpées et mis sous contrôle judiciaire en attendant le procès, qui selon le ministre guinéen de la justice, pourrait se tenir avant la fin de l’année.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.