Augmentation des salaires en fin février 2018

« Le gouvernement félicite l’ensemble des partenaires sociaux pour la correcte application des accords avec les syndicats, notamment le paiement de la prime de documentation aux enseignants et la régularisation des engagés non pris en charge en attendant le paiement de la première tranche d’augmentation des salaires fin février 2018. »

C’est un communiqué signé du porte-parole du gouvernement datant de cette semaine. Damantang Camara s’est en effet fendu ce communiqué pour ailleurs faire adhérer les fonctionnaires à la démarche du gouvernement. Cette annonce d’augmentation intervient au moment même où le camarade Soumah et une bonne frange d’enseignants sont englués dans une bataille juridico-administrative à n’en plus finir. Augmentation de salaires ? Très curieux. Surtout que le président qui se taille déjà la part du lion dans le budget de l’Etat avec son milliard et quelques poussières tirées des caisses de l’Etat chaque jour avait lui-même alerté qu’il n’aurait pas d’augmentation de salaire notamment chez les enseignants. Il a tout bonnement opposé son refus catégorique sur la valeur monétaire du point d’indice qui est de 1030.

Selon un syndicaliste, Alpha Condé a dit qu’à l’heure qu’il fait, il ne peut pas augmenter. Il a demandé à ce qu’on revienne négocier avec les techniciens, mais que pour l’instant il n’augmente pas. Il a dit que toute négociation qui amènerait à une augmentation de salaire qu’il n’est pas favorable. C’est en quelque sorte tout pour moi, rien pour les autres. Avec ce déni, le mouvement des enseignants, s’il n’est pas brisé par des billets de banque, risque d’emporter le locataire de Sékhoutouréya.

Il reste que le SLECG est bien huilé avec la corruption apportée : 45 millions GNF pour cette entité et plus de 50 millions GNF pour la CNTG. Le gouvernement justifie ce geste comme étant une subvention. Augmentation ou pas en cette fin de février 2018, plus personne ne suspendra les cours ou appellera à la grève, tant que le président actuel est en fonction.

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.