Axes routiers : Alpha Condé s’était dit soucieux des accidents !

Des paroles en l’air seulement. Ainsi s’étaient empressés de conclure les engagements et les soucis exprimés par Alpha Condé quant à la réduction des accidents de la route en Guinée, notamment sur les axes routiers de l’arrière-pays.

Certains parient que si le président guinéen empruntait la route nationale Conakry-Kindia-Mamou ne serait-ce que pour une semaine, il finira par en tomber malade. En cause : trop de virages, trop de ravins, trop de nids-de-pouls. Bref, cette nationale est manifestement ‘’accidentogène’’. Elle tue et endeuille bien des familles. La montagne de Yombokouré et ailleurs sont bien connus des usagers de ce tronçon. Les garde-fous sont partis avec des engins finissant leur course dans la falaise.

Ce tableau du reste vivement préoccupant constitue à lui seul, un sujet de soucis majeurs pour Alpha Condé. Du moins, c’est ce que laisse croire le Chef de l’Etat. C’était à l’occasion du lancement des travaux de construction du pont de Kaaka, à Coyah. Le Président Alpha Condé a exprimé son souci de rendre les infrastructures routières plus praticables afin qu’il y ait moins accidents : « Ce que nous souhaitons, est que les routes de Guinée soient praticables. Parce que comme l’a dit un des mes homologues pour développer le pays, il faut des routes. Donc les infrastructures sont fondamentales et vous savez qu’il y a beaucoup d’accidents sur la route Kindia-Conakry, Kindia- Mamou, parce qu’il y a trop de tournants. Notre objectif est de faire en sorte les routes soient transformées en 2×2 voies pour que la route soit praticable et qu’il y ait moins d’accidents.

Nous sommes très heureux que ça commence, mais ce n’est qu’un début. Parce qu’il faut remplacer tous ces tournants par des routes beaucoup plus droites. Ça coûtera très cher, mais si on fait les routes, elles seront les routes à péage. Au moins le péage ne rembourse pas, mais il permet d’entretenir la route ».

A rappeler que la construction du pont de Kaaka est un financement du Japon à plus de 12 millions de dollars et c’est les entreprises japonaises Katahira Enginess International et Dai Nippon qui réalisent les travaux qui prendront fin en juin 2015. Cette nouvelle infrastructure doit remplacer l’actuel pont qui, est ancien, en mauvais état et dont la largeur ne répond plus aux normes en vigueur pour la circulation de ce type de route. Elle constituera un apport de fond pour cet axe routier d’importance locale, nationale et sous-régionale. Concernant les caractéristiques du pont, le ministre des Travaux Publics, Mohamed Traoré a expliqué que cet ouvrage de franchissement est d’une longueur de 130 m pour une largeur de 12m. Selon le chef du département des Transports, ce pont à poudre en béton précontraint comprend notamment 2 voies de 4m, un trottoir de part et d’autre et comportera 5 travées.

Quand-est que les soucis du président seront-ils mis en application, près d’un semestre après les déclarations d’intention ? C’est toute la question. La réponse ? Pour le 31 février. Pendant ce temps, les mêmes causes produisent les mêmes effets. Que des familles endeuillées et des dégâts matériels importants sur nos routes cabossées!

Jeanne FOFANA, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.