Bah Oury crée le désordre : a kâfo, a kaakê !

Le désordre voulu et projeté par Bah Oury a enfin eu lieu, hier vendredi. Hélas avec mort d’homme : un journaliste reçoit une balle à la poitrine et succombe à ses blessures. Bah Oury aura trouvé ce qu’il aura voulu : a kâfo, a kaakê !

En effet, dans une de ses nombreuses sorties justifiant son faux bond aux réunions du parti, après s’être vidé la bile au cours de l’Assemblée générale du samedi dernier a promis de revenir. Comme pour provoquer le chaos.

Extrait : « Vendredi dernier, je devais aller rencontrer le bureau exécutif national pour saluer l’institution, mais pour des raisons qui sont tout à fait évidentes, il y a beaucoup de personnalités qui viennent me rendre visite, je n’ai pas pu me libérer. Mais vendredi prochain, je me donnerai les moyens d’être libre et d’aller saluer l’institution politique à travers le bureau exécutif national. Samedi, par la grâce de Dieu, je serai à l’assemblée générale du parti pour m’adresser aux militants, les saluer, les remercier de tous les efforts et leur dire que l’UFDG continuera sa route vaille que vaille et l’UFDG vaincra. »

Voilà qui est fait. Il est exclu du parti, il vient tout de même semer terreur et désolation. Puis certainement il se confondra en excuses plates et en accusations. Le mal est fait et c’est ce que les Guinéens retiennent de celui-là même qui dit être rentré pour être acolyte avec le pouvoir. Bien d’adversaires politiques rient sous cape, mettant de fait, la légitimité de Dalein à rude épreuve. Le bras de fer ne fait donc que commencer… En attendant, il reste la seconde paire de manches.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.