Baidy toujours pas remplacé : la raison?

Le duel entre les deux aspirants au poste de Baidy Aribot au Parlement n’a pas encore de vainqueur ni de vaincu. Le poste est toujours vacant. Les tractations se poursuivent au sein de l’UFR, malgré les consignes données par Sydia Touré, il y a plus d’une semaine. Pourquoi donc le remplaçant tarde à prendre fonction, avec toutes les faveurs dues, en qualité de député ?

La réponse est toute simple, de l’avis de l’UFR : «La loi est claire dans ce sens, pour être député, il faut appartenir à un parti politique, c’est le parti politique qui investit. Tu ne peux pas être investi par un parti politique si tu n’appartiens pas à ce parti, c’est le cas qui se présente. Celui qui prétend aujourd’hui être à l’investiture de la députation à Kaloum, ce monsieur n’est plus de notre parti depuis 2015. Il milite donc ouvertement pour le RPG, et aujourd’hui malgré tout cela, il veut que l’UFR l’investisse comme député. Vous voyez que ça c’est cocasse. Nous ne pouvons pas le faire».

Ibrahima Bangoura avoue que son parti a donc des difficultés et en cause : « L’UFR est en difficultés. Nous sommes entrain d’étudier les faits. Une solution sera trouvée. »

Il y a quelques jours Sydia Touré qui évoquait le profil du remplaçant pour taire définitivement la polémique avait déclaré: « Nous allons veiller à ce que cela se fasse en conformité avec les intérêts de notre parti, c’est-à-dire que celui qui ira à l’Assemblée nationale soit l’émanation de l’union des forces républicaines». On pensait de facto que le duel entre Gassim et Cheick semblait donc prendre fin. Mais, rassemblement, on joue les prolongations. Et le poste fait saliver…

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.