Bakayoko libre : et après ?

Abdourahamane Bakayoko a fini de purger sa peine : 2 mois de prison, 2 millions GNF d’amende. Il est donc enfin libre, après des pures pérégrinations de Labé, Mamou, puis Conakry, dans des cellules indignes. Quelle sera la nouvelle voie que prendra ce jeune leader politique ?

On ne sait pas trop, mais, il a déjà goûté à la prison. Il s’est révélé à l’opinion. Jusque-là inconnu, il a réussi à faire parler de lui. Mais à prix coûtant. En cause : son imprudence. Extraits : « En Guinée, il n’y a pas presque pas de leaders politiques ! Il n’y a que des leaders ethniques. C’est ce qui nous fatigue…Si je me suis lancé en politique très jeune, c’est parce que j’ai remarqué que la politique honteuse et dangereuse de nos aînés ne doit pas continuer… Il faut l’arrêter. Nos grands leaders ne sont pas des grands, ils sont faibles. Alpha Condé n’a de militants qu’en Haute-Guinée, il n’a de militants que des malinkés. Cellou Dalein Diallo qui vient derrière, il n’a derrière lui que des peulhs. C’est grave, c’est extrêmement grave pour le pays. Il faut mettre fin à cela. » C’est déjà grave car il cristallise les clivages ethniques. Mais il s’enfonce comme naguère : « Alpha Condé a échoué, il est incapable. Cellou Dalein est incapable, il n’a que des peulhs derrière lui. Techniquement, Sydia Touré est meilleur. Sidya Touré n’a pas autant de militants que Alpha Condé ou Cellou Dalein Diallo parce qu’on a l’impression que les Guinéens vivent au Moyen-âge. Alpha Condé et Cellou Dalein sont des ethnos. »

Bakayoko a payé fort : sa voiture tout terrain calciné, lui, privé de liberté, dormant avec des bandits dans des cellules peu aérées.

Ancien journaliste reconverti en politique, Bakayoko dirige depuis environ trois ans le parti Les démocrates guinéens (DG). Il a reçu à l’occasion du nouvel an, des clins d’œil de la part d’Alpha Condé et de Bah Oury. Pour le vice président de l’UFDG, Abdourahmane Bakayoko, aujourd’hui en prison et « dont le seul crime est d’avoir dit ce qu’il pense. » Bah Oury n’a pas oublié ces autres Guinéens d’Angola « qui vivent des jours d’angoisse. » Il marche ainsi sur les platebandes d’Alpha Condé qui, lui aussi, dans un discours de nouvel an a envoyé un pensée « vers nos compatriotes qui vivent dans la peine, le dénuement et la solitude. Je formule pour eux des vœux tout particuliers et souhaite du fond du cœur que l’année 2015 leur apporte le bonheur et une plus grande espérance. »

Auparavant, l’UFDG « appelle ses militants et sympathisants de Labé à apporter tout leur soutien à M. Abdourahmane Bakayoko pendant cette liberticide épreuve qu’il traverse. » Cet appel au soutien n’a pour autant pas occulté le penchant qu’a Bakayoko pour l’UFR. Ce qui fait dire à certains qu’il est à la solde de Sydia. Info ou intox ? Le jeune leader, lui, n’y va pas par quatre chemins : « Nous n’en sommes pas là pour l’instant. Mais, notre parti, Démocrates Guinéens, estime que Sidya Touré est l’espoir de la Guinée. Il est l’opposant le mieux placé capable de battre Alpha Condé au 2e tour de la prochaine présidentielle. Les intellectuels guinéens, les jeunes, en majorité font confiance à lui», déclarait récemment le président du parti des démocrates guinéens.

Il égratignera encore au passage le président de l’UFDG : « On n’a aucune confiance à Cellou Dalein Diallo. On sait que c’est un leader ethnique qui n’a derrière lui que des peulhs. Il n’a aucune chance de battre Alpha Condé à la présidentielle. Pour nous, Si c’est Dalein qui va au second tour contre Alpha Condé, c’est une chance en or pour Alpha Condé de briguer un 2e mandat. Même Alpha Condé souhaite que ça soit Cellou Dalein Diallo qui soit face à lui pour le battre facilement. »

Ceci explique cela.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

  1. […] Bakayoko libre : et après ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.