Béret rouge tabassé à Bambéto : « Notre patrie va mal », regrette le Balai Citoyen

La Cellule Balai Citoyen condamne avec la dernière énergie, la recrudescence de la violence dans notre pays, qui a conduit vendredi à la bastonnade d’un béret rouge par des jeunes en colère à Bambéto.

Dans une déclaration rendue publique vendredi, cette plate forme de la Société civile guinéenne, estime  que notre pays ne peut continuer de s’illustrer de cette façon peu honorable et responsable sur la scène internationale et appelle l’Etat à prendre ses responsabilités.

« L’Etat doit se montrer à la hauteur d’une de ses missions fondamentales celle d’assurer la sécurité des personnes et de leurs biens, en appliquant la loi (y compris à ses propres agents) et en tenant la balance égale entre tous citoyens. La sécurité des personnes et de leurs biens fait partie des fonctions régaliennes de l’Etat c’est à dire que nul groupement, nulle entité ne peut exercer en dehors. »

Tout en regrettant que ces violences ont entrainé des pertes en vies humaines, le Balai Citoyen sollicite l’arrêt de l’escalade continue de la violence et de la violation flagrante de nos dispositions constitutionnelles, des libertés et droits fondamentaux.

«  La Guinée notre patrie va mal. Une seule victime de la violence aveugle, une seule victime de la violence des libertés et droits fondamentaux ne saurait être tolérée dans une société civilisée, affranchie de la barbarie et de l’ivresse du pouvoir politique. », Regrette-t-on dans cette déclaration.

Face aux tensions politiques, le Balai Citoyen dresse un constat amer : « En Guinée rien ne semble réellement pas émouvoir les tenants du pouvoir qui ne posent aucun acte d’une grande portée sociale, humaine et politique pour décrisper les tensions politiques qui gangrènent et parasitent notre système politique. ».

C’est pour toutes ces raisons que ces activistes de la Société civile rappellent que « La responsabilité de tous ces acteurs est pleinement engagée. Les uns et les autres doivent se ressaisir.», conclu-t-on.

Contrairement aux rumeurs qui ont circulé hier à Conakry, le béret rouge tabassé vendredi à Bambéto n’est pas mort.

Toutefois, assure le responsable de la Com de l’armée, « sa vie n’est pas en danger ».

Le Capitaine Vivien Gérard du Bataillon Autonome des Troupes Aéroportuaires (BATA), reçoit actuellement des soins à l’hôpital sino-guinéen à Kipé.

Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.