Bicéphalisme à l’USTG : Le Camp de Louis M’Bemba Soumah tient son Congrès

Après Mamou, un nouveau Congrès de l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée (USTG) a  ouvert ses travaux ce lundi à Conakry.

Pour Louis M’Bemba Soumah,  Secrétaire général sortant de l’USTG,  ce congrès sera une occasion pour montrer que la centrale syndicale est redevenue la plus grande structure syndicale du pays.

A noter que ce Congrès se tient sur fonds de division interne. Il intervient 3 semaines après celui tenu à Mamou, où le camp de Louis M’bemba Soumah, a contesté la légitimité du nouveau bureau  mis en place le 28 octobre dernier.

Toutefois, le bureau de Mamou estime que la procédure a été bel et  bien respectée. En conférence de presse à la Maison commune des journalistes, Abdoulaye Camara, secrétaire général adjoint de l’USTG, rappelle que c’est suite à un communiqué signé par Louis M’bemba Soumah, secrétaire général sortant de l’USTG, que le Congrès a été convoqué. « C’est suite à de multiples réunions tenues au siège de l’USTG par le bureau exécutif national que la décision a été prise pour aller au congrès. Pour la simple raison que depuis le 19 avril 2018, notre mandat était arrivé à expiration. Après des mois de tractations et débats sur la question, finalement sur la base du consensus, on s’est convenu d’aller faire le congrès à Mamou », explique-t-il.

Il a précisé que toutes les structures syndicales étaient représentées à travers leurs secrétaires généraux. Initialement prévu pour les 23 et 24 et 25 octobre, il y a eu un léger report à la demande de la fédération des transports qui avait trois de ses membres en mission. « Le secrétaire général d’une centrale syndicale est élu au même titre que les autres. Il n’a aucun pouvoir de décision. Il est obligé de se soumettre à la volonté des membres du bureau qui se réunissent pour prendre la décision sur PV. Donc, Louis M’bemba en tant que tel n’a aucun pouvoir de prendre une décision que ça soit ».

Fort du retour de la FESABAG (fédération Syndicale Autonome des Banques Assurances et Microfinance de Guinée) et du SLECG (Syndicat libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée) d’Aboubacar Soumah, le camp de Louis M’Bemba compte élire un nouveau bureau au terme de ce Congrès, qui s’achève le 21 novembre prochain.

 On attendant de savoir qui aura le dernier mot, le camp de Louis M’Bemba Soumah soupçonne des manœuvres du pouvoir pour déstabiliser le mouvement syndical guinéen et créer une structure syndicale acquise à sa cause.

On se souvient, peu après sa prise de fonction, le Premier ministre Kassory Fofana avait émis l’idée de faire reforme du mouvement syndical. D’où la crainte d’une main du pouvoir pour freiner l’élan des actions légitimes du mouvement syndical guinéen.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.