Boké: Les jeunes de la sous-préfecture de Dabiss réclament le courant et exigent le départ du président de la délégation   

Dans la matinée du lundi, 25 septembre 2017, des jeunes réclamant l’électricité et le départ du président de la délégation spéciale (DS) de la Commune rurale (CR) de Dabiss, Daouda Kalabane ont déclenché une manifestation contre le délestage, érigé des barrages le long des artères et paralysé la circulation routière et les activités quotidiennes dans la localité.

Informé, le préfet Aboubacar M’Bop Camara en compagnie des responsables des services de sécurité, s’est rendu sur le terrain pour constater les réalités et écouter les mécontents.

A son arrivée à Dabiss, il a sagement écouté les manifestants qui réclament l’électricité, exigent vivement le départ du président de la délégation spéciale (DS) de Dabiss, Daouda Kalabane du RPG-arc-en-ciel. Parti qui avait remporté la majorité des suffrages dans cette contrée.

Pour mémoire, les manifestants ont accepté de lever les barricades grâce à l’implication du préfet et les sages de la localité.

En réponse, le premier responsable de la préfecture de Boké a rappelé que le président de la DS, Daouda Kalabane, a été choisi par le RPG arc-en-ciel pour être à ce poste.

Du constat, M. Kalabane est actuellement persona non grata dans la sous-préfecture de Dabiss dont les jeunes exigent son départ.

Aux dires du préfet, il est du ressort du parti RPG arc-en-ciel de prendre des dispositions urgentes pour dit-il, faciliter le départ de son représentant à Dabiss.

Ainsi, dans un bref délai, l’autorité préfectorale entend engager des discussions responsables avec le RPG arc-en-ciel en vue de remonter des informations à qui de droit.

De l’avis de certains observateurs, « si le président de la DS de Dabiss part, la rue continuera à gérer les destinées des responsables de l’Administration publique.»

Pour d’autres, «L’emploi de la main d’œuvre locale ne s’obtient pas dans les casses. C’est pourquoi, il est grand temps d’imposer la discipline, la rigueur et l’Etat de droit dans les localités qui, souvent, font des violences une arme…»

A noter que les heures à venir, le nouveau préfet sera l’hôte de marque de la population de la sous-préfecture de Tanènè qui, à son tour, réclame le courant. A preuve, sa requête liée à une manifestation contre le délestage, serait déjà sur la table de l’autorité préfectorale.

Mamadouba Camara, correspondant Kababachir.com à Boké

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.