Boké-Mines: Signature d’un protocole accord entre la délégation syndicale et la Direction générale de la CDM-Chine

Comme annoncé dans notre précédent article, après un mois de grève sur le site minier de Filibowol (Télimélé), un protocole d’accord a été finalement signé ce mardi, 19 janvier 2021 entre la délégation syndicale et la Direction générale de la société CDM-Chine sans aucune pression.La signature de ce protocole d’accord qui marque le démarrage effectif des travaux à Filibowol, est l’oeuvre du gouverneur de la Région administrative de Boké, général de Division, Siba Sévérin Loholamou et les représentations de l’Inspection  régionale des Mines, de l’inspection générale de Travail basée à Boké et à Kindia.A l’entame de la cérémonie, le premier responsable de la Région administrative de Boké, a souhaité que la règlementation soit respectée à l’amont pour la tranquillité publique.

« D’après lui, l’amélioration des conditions de vie et de travail est conditionnée à la continuité du travail. Le gouverneur de région d’ajouter: « Grâceà la volonté de délégation syndicale et la Direction générale de la CDM-Chine nous voilà au bout de la crise qui a duré plus d’un mois.Que chacun de nius s’efforce à comprendre le contenu du protocole d’accord qui va être signé toute à l’heure. La bonne volonté des parties prenantes a été au rendez-vous. Le dernier acte, c’est aujourd’hui. Dès demain, un des cinq (05) points de tous les protocoles passés, sera appliqué à la lettre. »Cet autre protocole d’accord engage les autorités administrative, l’inspection générale du Travail, des Mines et la Direction générale de la société CDM-Chine. A la cérémonie, le secrétaire général de l’union générale des travailleurs, Aboubacar Sidiki Mara: « Il faut toujours donner la chance à l’argument et non l’inverse. C’est pourquoi, j’invité les délégués syndicaux et la Direction générale de la CDM-Chine a une meilleure collaboration, à l’acceptation réciproque. Nous devons aussi privilégier les accords MAISON pour éviter l’arbitrage extérieur. Nouq sommes guidés par le quotidien et nous ferons tout pour que la paix règne dans les sites miniers. Désormais, nous allons privilégier le dialogue, source de solution à tous les problèmes… je veux que la CDM-Chine soit dotée d’un cadrant catégorique pour lui éviter des problèmes. »Selon lui, la Communication, les lois de Travail et les lois sociales  en vigueur en République de Guinée, ont manqué sur toutes les linges. Pour la paix dans ses installations, la Direction générale de la CDM-Chine s’engage à augmenter 150 mille francs guinéens sur le salaire de chaque travailleur, au payement d’une prime annuelle de 3 millions 500 mille francs guinéens, au payement de 500 mille francs guinéens à chaque employé dès ce mercredi , à la mise en place d’une commission tripartite (délégation syndicale, direction générale de la CDM-Chine et l’inspection du travail, aupayement de 8 millions 500 mille francs guinéens à chacun des 53 chauffeurs sémi-remorques plus les indemnités du mercredi dernier.Pour les 18 autres chauffeurs, la Direction générale de la CDM-Chine a promis de régler leur situation conformément à la législation guinéenne.C’est au regard de ces promesses que la délégation syndicale de la CDM-CHINE a décidé de lever le mot d’ordre de grève.Au sortirde la salle, toutes les parties se sont engagées au respect scrupuleux du protocole d’accord ratifié mardi, 19 janvier 2021 au Gouvernorat de Boké.Sa mise en oeuvre engage les autorités administratives, l’inspection générale du Travail et la Direction générale de la CDM-Chine.

Mamadouba Camara, Kababachir.com à Boké 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.