Boké: Le tronchon brûle entre la Coordination des éleveurs et la Justice de paix de Koundara

 Il y a longtemps que le torchon brûle entre la Coordination préfectorale des éleveurs et la Justice de paix de la préfecture de Koundaraqui, apprend-on, libère arbitrairement les voleurs des bœufs arrêtés et déposés par des éleveurs à la Justice.

Joint au téléphone ce lundi, 02 octobre 2017, le préfet de Koundara, Alhassane Sanoussy Camara explique: « Chaque fois que les voleurs des bœufs sont arrêtés, les gens les déposent à la justice de paix de Koundara. Une ou deux semaines, ils retrouvent les mêmes gens dans le village libérés par la Justice.  Cette fois, ils ont pris près de sept (07) voleurs de bœufs. Et après, ils ont adressé une correspondance à Monsieur le procureur de la République près le Tribunal de Première Instance (TPI) de Boké, sous couvert du préfet pour dire qu’ils ne sont pas prêts à ce que ces voleurs soient jugés à Koundara.

Vaille que vaille, il faut les gens soient jugés à Boké ou à Labé. C’est parce qu’ils n’ont plus de confiance à la Justice de paix de Koundara. C’est cette lettre qui a été transmise au Procureur de la République en envoyant une copie au Gouverneur de la Région Administrative de Boké.

Puisque la chose perdure, les éleveurs promettent sortir pour manifester les jours à venir. D’ailleurs, la logique voudrait que le gouverneur et Monsieur de le ministre de l’Administration de Territoire et de la Décentralisation (MATD) saisissent le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux pour lui dire qu’il y a des problèmes à Koundara et, il faudrait à tout prix, puisque la Coordination des Eleveurs n’a pas du tout confiance à la Justice de paix de Koundara, de déférer le problème à Boké.»

Selon le N°1 de Koundara, « le Ministre de la Justice a donné des instructions au Procureur de Boké pour s’occuper du dossier. Et moi-même, j’ai pris contact avec le Procureur de Boké. Très malheureusement, jusqu’à l’heure où je te parle, les prisonniers sont là. Ils ont relâché certains et d’autres (leurs complices) sont là. Les gens ne sont pas déférés.

Maintenant, la Coordination des éleveurs promet de sortir en puissance contre la Justice de paix de Koundara dans les 72 heures qui suivent.»

Par rapport à cette affaire, a fait savoir le premier responsable de Koundara, «j’ai alerté le MATD par un message N°078 pour  attirer son attention sur ce qui prévaut à Koundara. Le MATD est encore allé rencontrer le MJGS qui a appelé le Procureur de Boké mais jusqu’à présent.  Et le juge de paix n’est pas là. C’est un juge de paix qui ne vient à Koundara que pour rançonner. Il peut faire 03 à 04 mois sans venir ici, voilà.»

Selon notre interlocuteur, «le procureur est informé de tout ce qui se passe. Nous sommes à ce niveau. Moi j’ai fait ce que je pouvais faire.  La hiérarchie est informée. Vous pouvez prendre contact avec le gouverneur.»

Donc, en cas de problème, je ne suis pas responsable, se défend le préfet avant de renchérir «les plus grands voleurs ont été pris et les faux Magistrats, ils sont en train leur rançonner  leur retirer de l’argent. Voilà le problème qui est là. Il risquer de chauffer les jours à venir. Là, vous pouvez alerter qui vous voulez même à la radio.»

Pour sa part, le gouverneur de la RA de Boké, général de Brigade, Siba Sévérin Loholamou a déclaré:

«Et le préfet et moi-même, on a fait ce qu’on pouvait faire. Personnellement, j’ai été voir  à deux (02) reprises, le Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (MATD), M. Bouréma Condé pour attirer son attention. Merci frère…»

Interrogé sur le dossier, le Procureur de la République près le TPI de Boké, Lansana Kadialy Touré a précisé :

« J’ai dit au juge d’envoyer le dossier sur instruction de l’autorité, ils ne l’ont pas fait. Alors, on nous appelle pour ça comme ça. Heureusement que j’avais aussi écrit. Donc, on est convoqué à Conakry. Demain, nous devons rencontrer le MJGS. Quand on m’a donné des instructions, j’ai répercuté. Ils n’ont pas voulu comprendre. De toutes les façons, le Ministère est en train de résoudre le problème. Le juge était en congé mais on les amis en demeure d’envoyer et le dossier et les détenus à Boké. Je crois que ça sera fait la semaine à venir…»

Mamadouba Camara, correspondant Kababachir.com à Boké

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.