Bradage du PAC, détournement des fonds publics: Les forces sociales haussent le ton !

Après son combat contre la hausse du prix du carburant, qui reste malgré tout à  10 000 FG à la pompe, les Forces Sociales de Guinée expriment leur profonde amertume après la signature de la concession portuaire, entre la Direction du Port Autonome de Conakry et la Société Turque Albayrak.

Devant le flou qui entoure cette convention portuaire, les forces sociales de Guinée invite le Gouvernement à la résiliation sans délai.

Mais ce n’est tout ! Ces acteurs de la Société civile guinéenne, qui dénoncent la malversation financière de l’ordre de 21 millions de dollars, demandent des explications au Gouverneur de la banque Centrale, dans une déclaration rendue publique ce vendredi, dont nous vous livrons le contenu :

DECLARATION No02/CN/FSG/2018

Les Forces Sociales de Guinée ont appris avec une profonde amertume la signature entre la Direction du Port Autonome de Conakry et la Société Turque Albayrak, d’une convention de concession de nos infrastructures portuaires dans des conditions opaques.

Cet acte regrettable qui a suscité l’indignation des populations guinéenne et qui est rejeté par l’ensemble des travailleurs du Port autonome de Conakry, est ressenti comme un bradage de plus, d’un patrimoine national. Bien plus grave la concession a été faite en violation des règles et des dispositions du code des marchés publics.

 En outre, la presse vient de révéler ; au niveau du transfert des devises à la Banque Centrale de la République Guinée (BCRG) ; une malversation financière de l’ordre de 21 millions de dollars, soit environ 190 milliards de francs guinéens.

Enfin, dans son passage à la radio Espace le mercredi 05 septembre 2018, l’ancien Premier ministre Sidya Touré a déclaré que 08 tonnes d’or (soit 320 millions de Dollars aujourd’hui, estimé à plus de 2 700 milliards GNF) ont disparus à la BCRG au moment où il quittait les affaires en 1999.

Si ces préoccupantes révélations s’avèrent, l’on est en droit de penser que le système de mauvaise gouvernance mise en place et l’ampleur de ses pratiques dans divers domaines de la gestion publique, (mines, marchés publics, infrastructures, travaux publics, télécommunication, transports, sociétés et agences Etatiques …) risquent de poursuivre l’anéantissement de l’essor économique et social de notre pays pour plusieurs années.

Au regard de ces scandales ; qui interviennent au moment où le pays traverse une crise sans précédent, les « Forces Sociales de Guinée »

1) Invitent le Gouvernement à la résiliation sans délai de la convention sur le Port.

 2) Invite l’Assemblée Nationale et l’INIDH à prendre respectivement leur responsabilité pour clarifier ces cas de mauvaise gouvernance.

3) Apportent son soutien aux Syndicats et aux travailleurs du Port autonome de Conakry et les encouragent dans leurs nobles et légitimes combat.

 4) Demandent aux autorités de la Banque Centrale des explications claires sur les révélations par rapport aux 21 millions de dollars ; aux 8 tonnes d’or et les accusations qu’elles sous-tendent.

5) Mettent en garde la Société Albayrack et tous les investisseurs qui veulent s’établirent en Guinée contre les conséquences de leurs complicités dans les pratiques de corruption et de bradage des patrimoines publics. En tout état de cause les « Forces sociales de Guinée » rassurent les populations et les travailleurs de Guinée que ces cas de mauvaise gouvernance ne resteront pas sans conséquence.

Ensemble, unis et solidaires, nous vaincrons

Fait à Conakry le 07 Septembre 2018

 La Cellule de Communication

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.