Bras de fer entre la presse et les autorités : l’UPF entame une médiation

Suite au bras de fer qui oppose depuis un certain temps, la presse privée et les autorités guinéennes, l’Union de la presse francophone, à travers la section guinéenne, mène des démarches  pour une médiation.

Dans un courrier signé du Président de la section guinéenne, Ibrahima Koné et adressé aux différentes associations de presse, au ministère de la Communication et la Haute Autorité de la Communication, l’Union de la Presse Francophone annonce avoir entrepris des démarches visant à désamorcer la crise.

Cette médiation devrait permettre de mettre un accent particulier sur les dispositions juridiques portant sur la liberté de presse, obtenues après des lourds sacrifices, et les limites prévues par la loi, dans l’exercice du métier de journalisme.

S’appuyant sur un proverbe africain, lors d’un entretien avec le Chef de l’Etat,  le samedi 25 novembre au palais présidentiel à Conakry, en présence du Secrétaire général du Comité International de l’UPF, Jean Kouchner, le secrétaire général de RSF, a exprimé au Président guinéen, les inquiétudes de l’organisation et des associations de médias en Guinée :

 Christophe Deloire, dira au Chef de l’Etat guinéen, qu’ « on ne brûle pas la savane parce qu’il y a des mauvaises herbes. ». Avant de préciser que : « L’ambition de qualité journalistique est légitime, mais elle ne saurait passer par la fragilisation des médias », a fait remarquer le Secrétaire général des Reporters Sans Frontières (RSF).

En attendant la suite des démarches en cours, l’UPF espère trouver un compromis sur le bras de fer qui oppose les médias et les autorités guinéennes.

Abdoul Wahab Barry, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.