Burkina Faso : un véhicule de la délégation de Macron caillassé

Accueil tendu pour Emmanuel Macron au Burkina Faso. Un minibus de la délégation française qui accompagne le chef de l’Etat a été caillassé ce mardi 28 novembre sur le trajet de la visite présidentielle à Ouagadougou. D’après BFMTV, une vitre a été cassée. Aucun membre de la délégation n’a été blessé. 

Le porte-parole de l’Elysée, Bruno Roger-Petit, a par ailleurs démenti les informations alarmistes relayées par le journaliste de « Quotidien » Hugo Clément, selon qui le convoi français avait été attaqué par « des centaines d’assaillants avec des caillasses ». Bruno Roger-Petit, s’est voulu très rassurant :

« Lors du déplacement de ce jour, à Ouagadougou, un véhicule de la délégation a fait l’objet d’un jet de pierres. Mais ni centaines d’assaillants ni voitures détruites. »

« A bas l’exploitation de l’Afrique par l’Occident »

La tension sur place n’en reste pas moins palpable. Des manifestants ont dressé des barricades et incendié des pneus sur la voie menant à l’université de la capitale burkinabè où Emmanuel Macron est en train de prononcer un discours face à 800 étudiants.

Scandant des slogans tel que « A bas l’exploitation de l’Afrique par l’Occident », les manifestants ont bloqué temporairement des véhicules se rendant à l’intervention du président français, qui a cependant pu accéder au campus pour commencer son discours. Ces manifestants font face à des forces anti-émeutes.

Lundi soir, deux heures avant l’arrivée du président de la République au Burkina Faso, des individus encagoulés à moto ont lancé une grenade contre un véhicule militaire français dans le nord de Ouagadougou. Ils n’ont pas atteint leur cible mais ont blessé trois riverains dont un grièvement.

G.S.

L'Obs
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.