Cas Chérif Diallo : la HAC exprime ses regrets…

Malmenée par des journalistes au cours des émissions radios, à cause notamment de sa léthargie suite à la disparition de Chérif Diallo le 20 juillet, la HAC se fait voix. Dans un communiqué rendu public mercredi, la Haute Autorité de la Communication a exprimé son regret en informant enfin « l’opinion nationale et internationale de la disparition, le 20 juillet 2015 de Monsieur Chérif Diallo journaliste à Espace FM. »

Selon le communiqué, « la Direction du groupe Hadafo-Médias a formellement saisi les services de sécurité à travers une déclaration de disparition déposée auprès de la brigade de recherches de Kipé et aux poste de gendarmerie de Enco 5 de cosa et de Matoto. » Seulement, la HAC « constate que malgré un battage médiatique appuyé et des démarches engagées auprès des autorités de police et de gendarmerie, en vue d’intensifier les recherches, le journaliste CHERIF DIALLO n n’a toujours pas été retrouvé. Le mystère qui continue de planer sur cette disparition mystérieuse, alimente de plus en plus l’émoi dans les milieux de la presse guinéenne et dans la famille du journaliste. » La HAC a invité par ailleurs les autorités en charge de la sécurité de s’impliquer davantage et à tout mettre en œuvre pour retrouver le journaliste saint et sauf. Une autre occasion pour Martine Condé d’en appeler à beaucoup plus de « responsabilité sociale » des journalistes.

Sans trop savoir ce que c’est que cette responsabilité sociale, la HAC veut tout de même se faire entendre, enfin. Près d’un mois après la disparition du confrère. Curieux !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.