Cas des rails occupés par Bolloré : Le syndicat des travailleurs de RUSAL/CBK reçoit le soutien de leurs collègues des mines…

CONAKRY-Une délégation syndicale de la société RUSAL/ CBK a rencontré ce mercredi le syndicat des travailleurs du ministère des mines et de la géologie, pour exprimer leur inquiétude sur le risque de licenciement des travailleurs de cette société, suite à  l’utilisation  de sa  voie ferroviaire par le groupe Bolloré.

« Nous souffrons et nous ne voulons pas être comme nos amis de Fria. On aurait perdu 70%  de notre production, égale à 70% de notre effectif. Cela nous fait peur, avec la situation économique mondiale »,  a alerté Emmanuelle Foulah, au nom des Syndicat des travailleurs de RUSAL/ CBK.

Selon les syndicats de RUSAL CBK, leur compagnie  a employé environ  1003 personnes dans le cadre de l’exploitation et transport  de la Bauxite.  Mais si on restreint le transport, la production pourrait baisser et cela va se répercuter sur les travailleurs, prévient le syndicaliste. C’est pourquoi, ils  demandent l’implication des syndicats du département des mines pour trouver  une solution au  problème.  Pour cette délégation syndicale, c’est un bradage de la voie ferroviaire par le groupe Bolloré.

«  A CBK,  les travailleurs sont menacés. Ils ont été menacés pour la première fois avec l’arrivée du train ‘’Conakry Express’’. Il nous a fait perdre une production d’un train pendant les 24 heures. Et si Monsieur Bolloré a commencé à toucher à notre voie, et s’ingère à notre production (…), la chute de la production est égale à la chute des travailleurs. Nous ne voulons pas voir les travailleurs se faire licencier », a martelé Emmanuelle Foulah, secrétaire général du port de RUSAL  CBK.

De son côté, le secrétaire général adjoint du syndicat des travailleurs du ministère des mines et de la géologie, Ouo Ouo Lamah, a affirmé leur soutien à leurs collègues syndicats de RUSAL.

«  Mettre à la porte des travailleurs, ça va peser sur le dos de l’Etat mais aussi cela va se répercuter dans les familles respectives. Et Nous ne sommes pas prêts à cautionner cela. D’abord, il est question de savoir quelles sont  les signataires de ces contrats qui octroient les rails à Bolloré. Nous sommes prêts à accompagner nos collègues jusqu’à la présidence », a  promis M. Lamah.

Après un entretien avec l’Inspecteur général du département des mines, qui  a promis de mener des démarches pour  qu’ils puissent  rencontrer son ministre, les syndicats  sont allés faire  le compte rendu de leur rencontre aux travailleurs du port de Rusal CBK.

La rencontre  du port a enregistré la présence d’El. Mamadouba Soumah Secrétaire général de la fédération des mines et carrières, d’industries chimiques.

Faut-il rappeler que le début de démantèlement  des rails de la société Rusal au port autonome de Conakry par Bolloré a suscité une réaction du Ministère Russe des Affaires Etrangères. La diplomatie Russe a fait un communiqué dans lequel elle a exprimé son inquiétude sur cette éventuelle occupation des rails de la société Rusal par le groupe Bolloré avant de demander aux autorités Guinéennes de prendre rapidement toutes  les dispositions nécessaires .

Source : africaguinee.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.