Cas Domani : entre honte et invectives !

Décidément, Ousmane Gaoual Diallo est l’homme qu’il faut à l’UFDG pour discipliner des adversaires déclarés ou supposés êtres comme tels. Le député est considéré pour certains de trop rigide et extrêmement audacieux, parce que sûr de ce qu’il dit. Pour les autres, le M. Com de l’UFDG est tout simplement discourtois, à la limite condescendant.

Il se révèle être comme une réelle sentinelle du parti. Il allie dérives, humours, paraboles et provocs. Et pas souvent dans la dentelle. Il assume et a souvent envie de mettre tout le monde d’accord. Sauf que, le cas Domani Doré et ses supposées ‘’aventures donjuanesques’’, embarrasse et embrase. On est entre honte et invectives. En attendant la Justice.

Celle qui a vite voulu féliciter à travers deux tweets Tos Camara dit aujourd’hui s’organiser afin que la « honte change de camp ». « Je m’organise, avec mon équipe, afin d’inscrire une requête auprès du procureur à travers mon avocat afin qu’il réponde de cette diffamation. La honte doit changer de camp. Et c’est pour cette raison, au nom des femmes de Guinée, par dignité pour elle, afin que désormais nous amenions les femmes à se rendre compte que la vie politique doit se mener avec un peu plus de moralité, Ousmane Gaoual devra répondre à cette plainte que je vais engager contre sa personne. Après entretien avec l’état-major de la Guinée audacieuse, nous avons pris l’initiative d’amener notre avocat à porte plainte en justice.  L’honorable Ousmane Gaoual, je ne dirai pas que c’est une honte pour l’UFDG mais, c’est plutôt une honte pour la gent masculine. C’est celle-là qui devrait s’ériger contre ce genre de propos dans l’arène politique. Mais encore une fois, toute ma compassion à l’UDFG et principalement à son président parce qu’en attendant, c’est un militant de l’UFDG », se lâche Domani Doré dont les soutiens fusent du côté du RPG.

De quoi dire à certains, qu’elle roule tout simplement pour le parti présidentiel et donc, n’est pas Candidate indépendante, comme elle le faisait croire. Ou, l’autre hypothèse, le député de Gaoual a vu juste avant de glisser vers la pique qui fait actuellement exploser la toile. Le député quant à lui exclut toutes excuses publiques, comme le demande Faya Milimono, arguant que les post qu’il affiche ne s’adressent à personne : ce ne sont que des paraboles.

Un début de mea culpa ? Peut-être pas. Les prochains jours nous édifieront.

Jeanne Fofana

www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.