Cas Facinet Touré: le gouvernement peine à convaincre…

« Que ça soit un Etat ou un chef d’Etat, chacun a ses limites et la volonté d’un chef d’Etat également à ses limites. Et ça serait dommage de limiter la question de la mort à une évacuation qui n’aurait pas eu lieu ou à une assistance dont le défunt n’aurait pas bénéficié. » Tibou Kamara peine à convaincre quant au manque de soutien qui devrait être digne à l’endroit de Facinet Touré rappelé à Dieu cette semaine, après de longues années de maladie.

Néanmoins, Tibou tente de se torturer les méninges : « Je rappelle tout simplement que des chefs d’Etats, des Rois, des personnes nanties même évacués arrivent d’ailleurs à mourir. Et c’est pendant même leur évacuation que la plus part d’entre eux meurent. Donc il ne s’agit pas d’évacuation qui aurait expliqué ou qui n’aurait pas été faite qui peut expliquer la mort qui est arrivée. Nous sommes des croyants, il n’y a pas de médicament malheureusement contre la mort […] Tout ce qui a été fait a été fait à temps pour assister le Général Facinet Touré dans la terrible épreuve de la maladie qu’il a traversé », a-t-il martelé.

Mamadou Sylla (UDG) refuse cette thèse du gouvernement : « Récemment, je lui ai rendu visite mais il souffrait vraiment et manquait de moyens. D’ailleurs, je lui ai même demandé quelle a été l’apport de son neveu qui est l’actuel premier ministre Kassory Fofana et du chef de l’Etat pour son évacuation médicale. Il m’a laissé entendre qu’on lui a promis de l’amener en Allemagne (…), que démarches pour lui obtenir un passeport diplomatique étaient en cours. Moi je n’ai rien compris de cette attitude des autorités de le laisser se morfondre jusqu’à en mourir. Je pense qu’il méritait meilleurs égards de la part de nos autorités. C’est vraiment triste. Général Facinet Touré et moi, sommes restés amis pendant longtemps. Mais j’ai beaucoup regretté sa condition de vie de ces derniers temps jusqu’à son départ. Je ne le souhaite à personne de finir sa vie dans ce genre de circonstance parce qu’il est misérablement parti et très déçu du président Alpha Condé et de son neveu Kassory », a regretté Mamadou Sylla.

On le sait, Alpha Condé avait une dent pourrie contre le général défunt, lequel a longtemps rasé les murs de Sékhoutouréya afin de rentrer en contact avec le locataire. Le leader du RPG, connu pour ses manœuvres a donc ignoré le vieil homme. Finalement, il l’a même débarqué de son poste de Médiateur de la République. « Pendant cette période il n’avait reçu de budget que pour deux années seulement. Financièrement, il a beaucoup souffert et finalement, ils l’ont débarqué de ce poste alors qu’il devait faire sept ans. Il en a vraiment souffert, dans sa gestion je le voyais prendre des prêts avec des gens, il n’avait vraiment profité de rien malgré tous les efforts qu’il avait fourni », témoigne Sylla (UDG).

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.