Cas Kéléfa Sall : Sydia Touré craint une situation de non-droit

« Toute volonté visant à compromettre le fonctionnement normal de
cette institution constitutionnelle entrainera le pays dans une
situation de non-droit », peut-on lire dans un communiqué signé de
l’UFR. Pour cette troisième force politique, « tout en réitérant son
attachement aux principes démocratiques, reste vigilante pour le
respect des lois et règlements en République de Guinée. »

L’UFR selon le communiqué, s’étonne de la démarche de huit
conseillers de la Cour constitutionnelle visant à démettre le Président
de ladite institution. A cet effet, le Conseil politique de Sydia Touré
restreint rappelle que le Président de la Cour constitutionnelle est élu
par ses pairs pour une durée de neuf ans non renouvelables. Et, selon
l’al.1er du même article, les membres de la Cour constitutionnelle
sont inamovibles pendant la durée de leur mandat.

Pour ne rien arranger, ce communiqué de l’UFR ne semble point
dissuader les frondeurs de la Cour, selon Bah Oury et les rebelles de
la Cour, selon Ousmane Gaoual Diallo. Pourtant, de l’avis de l’UFR, la
motion de défiance n’est aucunement prévue par la loi pour destituer
le Président de la Cour constitutionnelle.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.